Nécessité de la relance de l’activité économique de la RDC dans le contexte de Covid-19

0
319

Kinshasa, 30 Mars 2021 (ACP).- La relance de l’activité économique de la République démocratique du Congo (RDC), est une nécessité dans le contexte de Covid-19 où l’économie congolaise est sous perfusion, a indiqué mardi au cours d’un entretien avec l’ACP, M. Floribert Ntungila, professeur à la faculté des Sciences économiques et de gestion de l’Université de Kinshasa (UNIKIN).

Selon lui, l’économie de la RDC, comme les autres économies à travers le monde, connait des difficultés liées à la parution de la pandémie de COVID-19 qui se caractérise notamment par la baisse de la production et des recettes de l’Etat, la fermeture de certaines entreprises, la mise en congé technique des agents et tant d’autres effets négatifs.

«Cette économie essentiellement extravertie, donc basée sur les exportations des matières premières, a du mal à soutenir sa croissance et faire face aux effets négatifs de la pandémie de la COVID 19», souligne-t-il,  demeure marquée par la persistance des incertitudes suite à la pandémie de Covid-19. En dépit de cet environnement difficile, des réflexions et des débats se poursuivent au sujet des mesures et réformes à mener pour garantir la reprise des activités économiques au niveau international et national.

Bien que le gouvernement ait terminé l’année avec 0,8% de croissance économique, M. Ntungila  propose dans le contexte actuel de la RDC, l’installation d’un nouveau gouvernement capable de proposer une stratégie coordonnée, endossée par des bailleurs de fonds, afin de relever tous les secteurs affectés par la pandémie.

Les pistes de solutions

Face à cette difficulté, le Pr Ntungila  préconise la recherche d’autres  mécanismes notamment, l’emprunt des moyens pour relancer l’activité économique et l’investissement, à l’instar de certains gouvernements sous forme des réponses appelées : «politiques de relance». Il a cité comme exemple les Etats-Unis d’Amérique où le Président a proposé le montant  de 1.900.000.000 (un milliard neuf cent millions) USD destinés aux ménages, aux petites entreprises et aux opérateurs économiques américains.

De tout ce qui précède, il a plaidé en faveur de la digitalisation afin de dématérialiser un certain nombre de redevances et des services dont on sait que la conséquence entraînerait une meilleure mobilisation des ressources.

Il propose également d’évaluer le système de santé, car la Covid-19 a révélé plusieurs faiblesses dans le système de santé congolais.  A cet effet, il suggère, dans le cadre  de la reprise économique, que les dépenses de santé soient considérées par les prochains décideurs, comme des dépenses d’investissement capable  d’apporter la croissance. « Tous les efforts entrepris en faveur du capital humain sont des efforts en faveur de la croissance économique », a-t-il  soutenu.

Et aussi, pour atténuer les effets de la Covid-19, le gouvernement de la RDC devra soigner ses relations avec les institutions internationales, en faisant des réformes voulues par ces dernières, afin de bénéficier des ressources plus importantes. Avant de mener ces réformes, le gouvernement devra aussi entretenir des relations avec des partenaires pour bénéficier des financements qui peuvent apporter, tant soit peu, une bouffée d’oxygène à l’économie pendant cette période de crise.

 La RDC ayant des ressources informelles non saisies par la fiscalité, il faut trouver des mécanismes pour combler cet écart, et trouver des mécanismes incitatifs pour chercher ces ressources à travers de nouvelles activités. Et  aussi collecter des petits impôts locaux, de manière à ne pas inquiéter les ménages et les acteurs économiques, mais plutôt en les rassurant que ces impôts serviront réellement à atténuer les effets de la Covid-19, a conclu le Pr Ntungila. ACP/Fng/Cfm/GGK/Thd