Le FMI voit une reprise mondiale à plusieurs vitesses de plus en plus alimentée par la Chine et les Etats-Unis

0
331

Kinshasa, 31 mars 2021 (ACP).- La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva,  a indiqué mardi avant une réunion virtuelle de printemps que l’économie mondiale est dans une reprise à plusieurs vitesses de plus en plus alimentée par la Chine et les Etats-Unis, les deux plus grandes économies du monde, ont rapporté mercredi les médias internationaux. « Alors que les perspectives se sont globalement améliorées, elles divergent dangereusement non seulement au sein des nations, mais aussi entre les pays et les régions », a-t-elle indiqué dans un discours avant les réunions virtuelles de printemps 2021 du FMI et de la Banque mondiale prévues la semaine prochaine. « En fait, nous constatons une reprise à plusieurs vitesses, de plus en plus alimentée par les deux moteurs : les Etats-Unis et la Chine », a-t-elle dit, ajoutant que ces deux pays font partie d’un petit groupe dont le produit intérieur brut (PIB) devrait être plus élevé que le niveau d’avant la crise d’ici la fin de 2021.

Toutefois, la perte cumulée de revenu par habitant, par rapport aux prévisions d’avant la crise, serait de 11% dans les économies avancées d’ici l’an prochain, tandis que la perte pour les économies émergentes et en développement, à l’exception de la Chine, serait de 20%, a souligné Mme Georgieva.

Cette perte de revenu signifie que des millions de personnes feront face à la misère, à la perte de logement et à la famine, a-t-elle averti.

Le FMI relèvera ses prévisions de croissance mondiale pour 2021 et 2022 la semaine prochaine, lorsqu’il publiera ses dernières Perspectives économiques mondiales, a dit Mme Georgieva.

En janvier, le FMI avait prévu que l’économie mondiale croîtrait de 5,5% en 2021. Mais il y a encore des « incertitudes extrêmement élevées » provoquées par la pandémie de COVID-19 à l’avenir, a-t-elle souligné. « Tout dépend de la trajectoire de la pandémie, qui est désormais façonnée par des  progrès inégaux dans la vaccination et les nouvelles souches virales qui freinent les perspectives de croissance, particulièrement en Europe et en Amérique latine », a-t-elle ajouté.

Elle a également averti qu’une reprise plus rapide des Etats-Unis pourrait entraîner une prompte hausse des taux d’intérêt, ce qui pourrait déboucher sur un resserrement brutal des conditions financières et des sorties de capitaux importantes des économies émergentes et en développement.

« Cela poserait des défis majeurs, en particulier pour les pays à moyen revenu ayant d’importants besoins de financement extérieur et des niveaux d’endettement élevés« , a estimé Mme Georgieva.

Le FMI a fourni plus de 107 milliards de dollars de nouveaux financements à 85 pays et un allégement du service de la dette à 29 parmi les plus pauvres, a-t-elle rappelé.

Le FMI envisage également une nouvelle allocation de droit de tirage spécial (DTS), d’un montant de 650 milliards de dollars, visant à aider à renforcer la reprise mondiale après la pandémie. ACP/Kayu/KJI