La directrice nationale exécutive de l’UCOFEM appelle les  femmes des médias à briller à travers leurs plumes

0
597

Kinshasa, 1er Avril 2021 (ACP)- Mme Rose Masala, directrice nationale éxecutive de l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM) a émis mercredi au collège Boboto,  dans la commune de la Gombe, lors de la clôture de la  2ème édition de la foire des femmes des médias, le vœu de voir toutes les héroïnes dans l’ombre être reconnues à travers leurs plumes.

Le souci primordial de la nouvelle directrice nationale éxecutive de l’UCOFEM  est de présenter au public ceux qui se cachent derrière les caméras et les micros dans le souci de vulgariser leur travail et les médias congolais.

Mme Masala a profité de l’occasion pour remercier son association qui a fait preuve des valeurs démocratiques en passant par la voie des élections qui pourra selon elle, servir d’exemple à d’autres structures dans les jours à venir.

Elle a salué au nom de son institution et de l’ACOFEPE, tous les partenaires qui ont conjugué leurs efforts pour mettre en vigueur cette foire. «Nos remerciements vont avant tout aux autorités qui ont permis la célébration de cette journée du 08 mars qui offre les opportunités aux femmes de s’exprimer davantage, à nos différents partenaires dont l’appui financier impacte positivement  nos actions qui visent l’éveil de la conscience de chaque acteur et actrice dans la société congolaise duquel découle la prise des responsabilités à tous les niveaux de la vie nationale, à tous nos participants ainsi qu’aux différents panelistes qui se sont succédés sur ce podium pour livrer leur témoignage de vie professionnelle et bien d’autres conseils de la vie», a-t-elle dit.

45 stands ont été dressés, représentant 41 médias  en cette période critique de la pandémie à Covid-19 qui ont permis aux différents experts et visiteurs de connaître plus sur le fonctionnement des médias Congolais,  démontrant ainsi l’intérêt que chacun a porté sur cette activité.

Il sied de rappeler que cette foire de trois jours soit du 29 au 31 mars dernier, soutenue par USAID, Internews, les coopérations Suisse et Suédoise, avait pour mission, de promouvoir les médias plus actifs et plus ouverts en vue de contribuer à la consolidation des institutions dans la transparence et l’efficacité dans leurs réponses aux besoins exprimés par les citoyens de la RDC.

Les femmes des médias félicitées pour leur appropriation du numérique à l’ère de la Covid-19

 Mme Christiane Ekambo , responsable du journal en ligne « les médias pour la nation », a salué les efforts fournis par les femmes des médias s’agissant de l’appropriation des outils numériques qui les a permis de se démarquer dans le travail pendant la période de Covid-19.

Au cours de son allocution à la cérémonie de clôture de la  2ème édition de la foire des femmes des médias, elle a étalé les opportunités qui ont jalonné le parcours des femmes durant ce temps.

Selon Mme Ekambo, cette période de crise à booster des nombreuses  femmes dans le secteur des medias et l’utilisation du numérique a mis en exergue leur talent pendant ce temps où la technologie révolutionne le monde.

Mme Chantal Kanyimbo, vice-présidente du Conseil Supérieur de l’Audiovisuelle (CSAC) exposant sur le sous thème : «La situation de la femme congolaise en période de la Covid-19 et rôle des médias»,  a demandé aux médias de vulgariser les textes de Loi sur la presse avant de motiver la femme à améliorer ses productions médiatiques et à multiplier ses modèles dans la profession.

Pour sa part, Christine Lenzo Journaliste à la Radiotélévision  Nationale Congolaise (RTNC) a  encouragé les femmes des médias à proposer plus d’émissions pour améliorer leur présence sur les antennes, où elles sont de moins en moins visibles en cette période de pandémie.

Témoignages des femmes des médias qui se sont distinguées pendant la période de la Covid-19

Pour sa part, Mme Jolie Tshibidi, secrétaire de rédaction à l’Agence congolaise de presse (ACP) et une des intervenantes à cette foire, a interpellé les femmes à la conciliation du travail et  celle du foyer.

« Il est possible de travailler et de bien gérer son foyer, il est possible que la femme des médias excelle et soit respectée, tout dépend de l’amour et de sa volonté à travailler dur pour se distinguer dans la société», a-t-elle souligné.

Partageant son expérience avec son auditoire,  Mme Tshibidi a surtout insisté sur l’importance de la persévérance dans le travail qui a été l’une des choses qui lui a permis d’être cette journaliste appréciée dans son domaine et dont la génération montante se sert comme modèle.

Mme Lynn Manzianda, une autre paneliste, blagueuse de la Samba News et Habari.cd, a appelé les femmes à la prise de conscience, à la  définition de ses limites, afin de se battre sans relâche pour  relever les défis auxquels elles font face.

Parlant du Numérique, la blagueuse a indiqué qu’aujourd’hui le monde évolue à grande vitesse grâce au numérique, il a permis aux activités de rester présentes malgré la crise. «Je pense qu’à l’horizon 2030-2050 tout sera numérisé, il est important de se l’approprier car, cela n’est pas qu’un secteur réservé aux hommes, il peut y avoir des femmes web masters, développeuses et programmeuses».

Mme Manzianda a félicité tous les organisateurs de cette foire qui a permis la visibilité des médias Congolais, l’échange d’expériences entre toutes ces femmes des médias qui a été un moment d’apprentissage pour certains et favorisant l’éclosion des connaissances dans ce secteur.

Venues de différentes maisons de presse de Kinshasa, durant trois jours, les femmes des médias devront sortir de cette foire outillées afin de figurer de plus en plus dans des postes de décision.

Commencée lundi 29 Mars, la deuxième édition de la foire des femmes des médias s’est clôturée le mercredi 31 Mars avec quatre autres panels et conférences-débat.

ACP/GGK