La Maison civile du Chef de l’Etat préoccupée par le retour à la paix au sein de 7 communautés du Sud-Kivu

0
326

Kinshasa, 1 avril 2021 (ACP).- Sept communautés des Hauts et moyens plateaux de Fizi, Mwenga Itombwe et Uvira, au Sud-Kivu en conflit, ont fumé le calumet de la paix, à l’issue d’un dialogue intercommunautaire tenu à Kinshasa, du 29 au 31 mars 2021, sous la modération principale de la Maison civile du Chef de l’Etat.

Présentant les conclusions tirées des rapports des discussions de ces assises, Bruno Miteyo, chef de la Maison civile du Chef de l’Etat, a noté que de ces échanges, un triple constat en est ressorti.

Ce représentant du Président de la République a fait savoir que les participants à ces assises ont décidé de bannir toutes les divergences qui les opposaient les uns des autres.

Toutefois, a fait observer Bruno Miteyo,  en dépit des efforts du gouvernement et des partenaires sur le terrain, les tensions et méfiances intercommunautaires persistent.

La gouvernance locale est peu performante avec une capacité très faible de réponses aux multiples préoccupations de la population. Et à cela s’ajoute la prolifération très prononcée des groupes armés  dans la région avec des multiples incidences sécuritaire.

L’opportunité de la tenue de ce dialogue intercommunautaire, signale-t-on, a permis aux communautés d’identifier les convergences et les divergences persistantes entre elles.

Les sept communautés se sont engagées à poursuivre le dialogue aux fins de vider davantage les divergences qui impactent négativement les relations entre les communautés, sous l’accompagnement des autorités locales, provinciales et nationales ainsi que les leaders des confessions religieuses.

A cet effet, elles ont recommandé au gouvernement de mettre en place des mécanismes de prévention et de gestion des conflits dans les Entités territoriales décentralisées (ETD)  et sur l’ensemble des Hauts et moyens plateaux d’Uvira. Elles encouragent également le gouvernement à rassembler les engagements de ce dialogue dans une feuille de route pour faciliter le suivi de la mise en œuvre et organiser des rencontres de suivi des engagements de ce dialogue.

Les participants au dialogue intercommunautaires ont remercié le Président de la République, le vice-Premier ministre,  ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde et l’Ong Interpeace pour l’opportunité qui leur a été  offerte de régler pacifiquement leurs différends  dans la convivialité.

Ainsi, en vue d’inverser les tendances actuelles, les participants à ce dialogue, a dit le chef de la Maison civile, ont formulé notamment une série des recommandations.

Par rapport à l’amélioration de la gouvernance locale, les participants ont convenu notamment, de recruter les administrateurs des territoires dans le respect des normes ; d’organiser les élections locales ; d’appliquer la loi portant statut des chefs coutumiers notamment,  la redynamisation des comités consultatifs des résolutions des conflits coutumiers ; de désenclaver la région  et d’appliquer la justice pour tous.

Concernant l’amélioration de la qualité des rapports entre les communautés, il a été recommandé notamment, de bannir les discours d’incitation à la haine ; de respecter les accords de paix et les engagements entre les communautés et d’éviter la violence  ainsi que de respecter les identités culturelles et les us et coutumes des uns et des autres.

En vue de réduire l’activisme des groupes armés et de s’accorder sur le traitement à leur réserver relativement au pillage et atrocités par eux, il a été notamment recommandé  d’identifier les tireurs des ficelles pour qu’ils répondent de leurs actes ; mener des enquêtes objectives pour inventorier les dégâts commis ; identifier les auteurs et les mettre à la justice ; mettre en œuvre des projets intégrateurs pour le désenclavement et la réhabilitation et/ou la construction des infrastructures ; restaurer l’autorité de l’Etat ; appliquer la justice transitionnelle et mettre en place une structure de l’Etat devant se charger du DDR avec les moyens conséquents et envisager une stratégie nationale de prévention et de gestion des conflits

Les engagements pour le retour rapide de la paix dans l’Est de la RDC

Le vice-Premier ministre,  ministre de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, Gilbert Kankonde Malamba, a souhaité que les engagements pris par les délégués au Dialogue intercommunautaire pour la paix et la sécurité dans les hauts et moyens plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga (Itombwe) facilitent le retour rapide de la paix.

 «  Vous venez de franchir un grand pas en posant le fondement d’un édifice dont l’élévation des murs, la pose de la toiture et la finition requièrent la mise en place de nouveau partenariat.  Vous l’avez fait avec une synergie et énergie qui mobilisent les communautés jadis en conflits », a dit le vice-Premier ministre Kankonde, à l’issue des assises.

Tout en appelant à la poursuite du processus dans une dynamique de construction de paix durable, il a assuré que son ministère va poursuivre le processus de paix dans la logique de la trilogie Communauté-Institutions-Partenaires.

«Je compte, en collaboration avec mon collègue qui a en charge des questions de coordination des actions de stabilisation, le ministre du Plan, engager de discussions aux fins d’attirer l’attention d’autres partenaires sur la prise en charge des actions prévues dans la feuille de route élaborée en application de l’acte d’engagement pris», a affirmé Gilbert Kankonde. ACP/CL/Awa