Le Kenya met en garde contre l’impact du COVID-19 sur les changements climatiques en Afrique

0
57

Kinshasa, 07 avril 2021 (ACP).- Le président kényan Uhuru Kenyatta a fait valoir mardi que la pandémie de COVID-19 avait aggravé l’impact des changements climatiques sur les économies africaines, ont rapporté des médias internationaux.

M. Kenyatta a souligné l’impératif d’une action climatique qui soutienne le développement durable et les plans de relance verte post-COVID-19 pour rebâtir en mieux, ajoutant que les changements climatiques représentaient au Kenya une perte de 3% du PIB chaque année.

Le dirigeant kényan, qui s’exprimait à l’occasion d’un dialogue en ligne des dirigeants sur l’urgence climatique et du COVID-19 en Afrique, organisé par le Centre mondial pour l’adaptation (GCA) et la Banque africaine de développement (BAD) a observé que le continent avait enregistré en 2020 une baisse de son PIB de plus 3%, pour la première fois depuis 25 ans.

« Des chocs systémiques multiples menacent désormais simultanément les communautés africaines : une crise sanitaire, une crise économique, une crise de la sécurité alimentaire, le tout ajouté à la crise du changement climatique », a-t-il dit, selon un communiqué publié à l’issue de cette réunion.

Le COVID-19 a plongé plus de 40 millions d’Africains dans la pauvreté extrême, a observé M. Kenyatta, ajoutant que tous les pays africains auraient besoin d’un meilleur accès aux financements pour relancer leur économie et entreprendre une relance à faible émissions carboniques, résiliente et inclusive.

« Nous faisons cela en ayant conscience du fait que l’Afrique est l’un des continents les plus vulnérables aux changements climatiques et aux variations du climat, une situation que vient aggraver la pandémie de COVID-19 », a déclaré le président. Lors de cette réunion de haut niveau co-présidée par le président du GCA, Ban Ki-Moon, M. Kenyatta a indiqué que le Kenya avait déployé des ressources nationales considérables pour intensifier les efforts d’adaptation aux changements climatiques. Il a appelé à une plus grande participation du secteur privé et à un plus grand soutien des partenaires de développement pour permettre à l’Afrique de réaliser son programme d’adaptation aux changements climatiques. ACP/Kayu/KJI