Plus de 1.260km de routes à asphalter pour  l’amélioration des échanges commerciaux entre la RDC et l’Ouganda

0
230

Bunia,07 Avril 2021(ACP).-Le directeur du cabinet adjoint du gouverneur de province de l’Ituri en charge de l’économie et finances Steve Senginda a annoncé mardi  l’asphaltage de plus de 1.260km de routes partant de l’Ouganda en passant par la province de l’Ituri, le Nord-Kivu, et le Sud-Kivu dans le cadre du projet conjoint République Démocratique du Congo (RDC) et l’Ouganda, lors d’un entretien dans son cabinet de travail.

Il a souligné que ce projet qui vise l’amélioration des flux commerciaux entre la RDC et l’Ouganda estimés à plus de 600.000.000 de dollars américains a pour préalable le développement des infrastructures routières, portuaires et à long terme aéroportuaires mais aussi l’amélioration de services douaniers en termes de l’informatisation, l’accélération de traitement de dossiers.

Bref a-t-il dit rendre fluide les échanges commerciaux entre ces deux (2) pays qui passe par la réduction le goulot d’étranglement dans la partie Congolaise notamment la fiscalité excessive, les tracasseries, multiplicité de services, les barrières sur les routes.

Les axes ciblés a précisé Steve Senginda part de Goli en passant par le territoire de Mahagi jusque dans la ville de Bunia, Rwabisenge-Budiba(Ouganda) jusqu’à Bunia, Pondwe-Kasindi-Beni-Butembo, Bunagana-Rutchuru-Goma pour la province soeur du Nord-Kivu et le corridor de Bukavu en passant par Goma et Butembo jusqu’à Bunia.

Il a laissé entendre que spécifiquement pour l’Ituri les axes Goli-Mahagi-Bunia et celui sur Rwabisenge-Budiba(Ouganda)-Buguma-Bunia feront l’objet d’amélioration de développement en tant que »routes d’intérêt commun » entre la RDC et l’Ouganda.

Ce projet, a-t-il poursuivi prévoit également la construction d’un pont sur la rivière Semiliki pour relier Kampala à la ville de Bunia par la plus courte voie c’est-à-dire en passant par Rwabisengo-Budiba(Ouganda et Baguma pour atteindre la ville de Bunia.

En plus de faire une connexion avec l’Ouganda a expliqué Steve Senginda l’équipe de techniciens de ces deux (2) pays voisins a effectué récemment une mission de reconnaissance dans la région de Boga pour voir dans quelle mesure ce pont peut desservir toute la région de Boga, Tchabi et connecter la localité de Eringeti située dans la province soeur du Nord-Kivu.

Il a fait remarquer que la construction de cet ouvrage dans cette zone est d’ordre stratégique du fait qu’elle possède d’énormes potentiels économiques notamment les bois sciés, les gisements des Gipps, le bloc pétrolier où la société TOTAL effectuait des prospections, la voie d’évaluation des Cacao et autres.

Projet en veilleuse depuis 1996

En outre, Steve Sengida a rappelé que ce projet était en veilleuse depuis 1996 mais grâce à l’avènement du président de la République, chef de l’État Félix Tshisekedi il a permis le réchauffement de relations entre ces deux (2) pays voisins qui s’est concrétisé par le sommet de Munyonyo près de Kampala en Ouganda où les chefs d’État de la RDC et de l’Ouganda ont non seulement réchauffé les leurs liens mais également renouvelé leur engagement pour la  poursuite dès le mois d’octobre 2019 des accords signés entre les deux(2) pays pour la relance effective de plusieurs projets.

« En parcourant le pays, le chef de l’État s’est rendu compte des apports des échanges commerciaux au profit du développement de la partie est de la RDC. Aujourd’hui vous êtes sans ignoré que Goma, Bukavu, Bunia et la partie est jusqu’à Lubumbashi connait un développement fulgurant au détriment peut être de la partie ouest qui souffre un tout petit peu. Celà est dû à la proximité avec les  pays voisins, à la situation géographique de ces provinces tout au long de la frontière et qui fait que l’expérience de l’Ouganda et d’autres pays voisins est en train d’être dupliquée sur la partie Congolaise », a-t-il dit.

Ces différents axes routiers et le site Semiliki ont fait l’objet d’une mission d’inspection effectuée par les techniciens de ces deux(2) pays qui ont prélevé le maximum d’informations qui pourront permettre à la RDC et l’Ouganda de passer à la phase suivante celle des études proprement dites après le futur sommet de Kinshasa afin de dégager ce qu’il va représenter le coût de ces travaux dans son ensemble.

S’agissant du montage financier le projet est couvert par la RDC avec 20% de financement et l’Ouganda 20% également tandis que les 60% seront couverts par l’entreprise qui va gagner le marché censée monter un mécanisme financier  soit avec les banques pour financer les travaux en vue d’obtenir le retour d’investissement par un mécanisme soit de péage ou de perception sur ces différents ouvrages. ACP/Kayu/KJI