Une thèse de doctorat sur  la gestion de la qualité de l’enseignement

0
528

Kinshasa, 8 avril 2021(ACP).-Le chef de travaux Simon Kayoyo Umbela a été proclamé jeudi docteur en sciences de l’éducation à l’Université de Kinshasa(UNIKIN) avec la mention « la plus grande distinction » à l’issue de la soutenance publique d’une thèse de doctorat intitulée : « Gestion de la qualité de l’enseignement au sein des universités en RDC, analyse comparative des indicateurs de qualité entre les universités publiques et privées ».

Selon le récipiendaire cette étude doctorale de plus de 310 pages, subdivisée en sept chapitres, a visé notamment  d’apprécier  la contribution des universités privées à l’amélioration de la qualité de l’enseignement en comparaison aux universités publiques.

Il a été également question  pour l’impétrant d’établir l’influence du statut de l’université sur l’expression des indicateurs de qualité de l’enseignement en RDC, d’examiner le rôle joué par l’Etat dans le respect de la réglementation régissant l’Enseignement supérieur et universitaire(ESU)en rapport avec la gestion de la qualité, en analysant les effets négatifs de certaines décisions d’ordre politique en rapport avec la gouvernance de ce secteur.

Après une enquête et les études menées plusieurs années, il a relevé les principaux maux qui rongent ce secteur notamment le développement anarchique des établissements de l’ESU, la faible qualité de l’enseignement,  l’inadéquation entre l’offre sociale d’éducation en pleine explosion, l’insuffisance des budgets rendant ainsi les conditions d’enseignement  et recherche difficiles, les bibliothèques pas en phase d’actualité et la production de recherche en chute.

La dégradation constante de la qualité de l’enseignement, le manque de politique nationale  de gestion des ressources  humaines et matérielles ainsi que le manque de pertinence des universités à l’égard des besoins nationaux et des apprenants  eux- mêmes, figurent parmi ces maux.

Nécessité de repenser le système éducatif de la RDC

Simon Kayoyo a recommandé dans cette dissertation doctorale, la nécessité de repenser le système éducatif congolais, la suppression provisoire de la création et de l’agrément de nouvelles universités notamment  par l’adoption d’un moratoire.

Il a également recommandé l’organisation d’une autre enquête de viabilité des universités existantes  tant publiques que privées  pour assainir  ce secteur en vue de créer  un environnement  propice à l’émergence  d’un enseignement de qualité .

L’application stricte des dispositions légales et réglementaires  en matière de création et d’agrément des établissements de l’ESU, qui doivent réunir les conditions pour assurer un enseignement de qualité, vont parties de ces recommandations.

Cette thèse a été examinée par le jury composé des professeurs Mathieu Kebeya Kadiebue (promoteur), Eustache Banza Nsomwe, Maurice Tingu Zola Nzolameso(co-promoteur), Kanga Kalemba, Mpiana Tshitenge et  Ndandula Mukongo. Le Pr Pascal  Kapagama a été aussi le co-promoteur de cette thèse.

Le secrétaire général académique de l’UNIKIN, le Pr Eustache Banza Nsomwe qui a fait partie de ce jury, a présidé par ailleurs, cette séance académique au nom du recteur de l’UNIKIN.ACP/GGK