Kongo Central : le conseil provincial de sécurité se lance contre la criminalité et l’insécurité

0
864

Mbanza-Ngungu, 09 avril 2021 (ACP).- Le conseil provincial de sécurité du Kongo Central, présidé mercredi à Mbanza-Ngungu par le gouverneur Atou Matubuana Nkuluki, a recommandé le transfèrement de tous les brigands et criminels de Matadi à Mbanza-Ngungu et l’organisation prochaine dans cette cité des audiences foraines en vue de leur jugement.

Selon l’administrateur du territoire de Mbanza-Ngungu, Luc Makiadi, qui s’est confié jeudi à l’ACP, lors de rencontre, à laquelle ont été associés les membres du conseil local de sécurité et à l’issue de laquelle plusieurs autres décisions ont été prises,  le gouverneur Atou Matubuana Nkuluki a reconnu qu’il s’observait, depuis un certain temps dans le territoire de Mbanza-Ngungu, une recrudescence de la criminalité qui a nécessité la tenue d’un conseil provincial de sécurité en vue de s’enquérir de la situation et d’y apporter une thérapeutique de choc pour que la population vive dans la sécurité. Le conseil a eu, au cours de cette même rencontre, des entretiens avec les membres du conseil local de sécurité de qui il reçoit des rapports sécuritaires journaliers en vue de les comparer avec ce qui se passe sur terrain.

 Les forces vives, notamment les représentants des confessions religieuses, la notabilité, les différentes associations de la jeunesse, les structures des femmes et la presse locale ont été également associées à ces échanges et ont apporté des informations en rapport avec la criminalité et  l’insécurité qui sévissent dans ce territoire. Le gouverneur Atou Matubuana a invité la presse locale à collaborer et à accompagner les autorités locales en vue d’éradiquer la criminalité à  Mbanza-Ngungu, avant d’appeler les hommes des médias à contribuer au  développement de cette entité en particulier et de la province en général  en jouant leur rôle d’éduquer, de former et de divertir la population.

 La majorité de groupes a relevé parmi les causes de l’insécurité le  manque de mobilité des agents de sécurité, l’insuffisance de l’effectif  des éléments de la Police nationale congolaise (PNC), la vente des liqueurs  fortes dans les magasins, la libération des inciviques, le manque de  rigueur des autorités locales, l’homologation des bases ou groupes des bandits par les autorités et le manque d’emplois des jeunes dans les  entreprises de l’État au détriment des jeunes venus particulièrement de  Kinshasa. Le maire de la ville de Matadi, Pathy Nzuzi Makengedi, le commissaire  provincial de la PNC, divisionnaire Placide Nyembo, la présidente du  TGI/Mbanza-Ngungu, Cécile Tumba, le procureur de la République près le  TGI/Mbanza-Ngungu, Pami Mayala ont pris part à cette rencontre,  rappelle-t-on. ACP/Kayu/NiG/JFM