La complicité entre parents et enseignants nécessaire pour réduire les violences scolaires

0
329
A pupil writes on her copy book during a class in Kinshasa on September 7, 2016. - The school year started a few days ago in Kinshasa but "only the last of my four children goes to school", says Kabalira Hortense, who faces the same challenges as thousands of Congolese families to provide education to children. (Photo by JUNIOR KANNAH / AFP)

Kinshasa, 11 avril 2021(ACP).- La complicité entre les parents et les enseignants constitue une arme efficace pour mettre en confiance les élèves et combattre toutes les formes des violences scolaires, a affirmé samedi Jean-Philippe Tshintu, défenseur des droits des enfants, au cours d’un entretien avec l’ACP, dans la commune de Ngaliema.

Pour M. Tshintu, cette collaboration que l’on veut bonne, franche et sincère, est d’autant plus importante en cette période caractérisée par la montée de la délinquance juvénile, qu’elle favorise le maintien des élèves à l’école face à la déperdition scolaire liée notamment aux violences scolaires.

«Les parents et les enseignants sont appelés à se dire des vérités sur le comportement des élèves avec qui ils doivent franchement collaborer en vue du triomphe de la paix et de la continuité des activités scolaires», a-t-il souligné, avant d’inviter les géniteurs à inculquer dans l’esprit de leurs progénitures, le rejet des antivaleurs et à développer en elles, les vertus de l’amour du prochain et du travail bien fait ainsi que la culture de la vérité, de la paix, de la charité et de la redevabilité.

C’est au prix de ces efforts, a noté cet acteur social,  que la RDC tirera grandement profit de sa jeunesse, avenir de demain, en perspective de son émergence. ACP/CL/May