Les béninois aux urnes pour élire leur président

0
168

Kinshasa, 11 avril 2021 (ACP).- Près de cinq millions d’électeurs béninois se sont présentés aux urnes pour élire leur président, après une campagne marquée par des violences dans le centre et le Nord du pays, ont rapporté dimanche des agences internationales de presse.

D’après ces sources, le président sortant Patrice Talon s’est présenté à un deuxième mandat, contre une opposition quasi inexistante. Ses deux adversaires, les anciens députés Alassane Soumanou et Corentin Kohoué, sont peu connus du public. La plupart des opposants sont en exil, condamnés par la justice ou empêchés de se présenter par une réforme du code électoral.

Longtemps salué pour sa vitalité démocratique, le Bénin a vécu une campagne sans éclat ni ferveur dans le Sud, tandis que dans le Nord de graves violences ont éclaté. « La particularité de cette élection est qu’elle se déroule dans une atmosphère de tension et de violence« , a observé la plateforme électorale des organisations de la société civile béninoise. Depuis mardi, les habitants de plusieurs villes du centre et du nord du pays, fiefs de l’opposition, ont bloqué des centaines de voitures et transporteurs en érigeant des barrages, ont signalé ces sources. Jeudi l’armée a démantelé les barrages et libéré la voie, en faisant usage de tirs à balles réelles.

Au moins deux civils sont morts et cinq autres ont été blessés lors de cette intervention. « Des militaires qui tirent sur nos enfants, on dirait que nous sommes dans un film. Si le président a des problèmes avec ses opposants qu’il épargne le pauvre peuple », a déploré Philomène M’Betti Tepa, une habitante de Boukoumbe, une ville du Nord-Ouest. Vendredi, les représentants au Bénin de l’Union européenne, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas et les Etats-Unis ont appelé dans un communiqué commun à l’arrêt des violences souhaitant une « élection libre, apaisée et transparente.

Lors de ce scrutin, les Béninois vont élire pour la première fois un vice-président. Patrice Talon est le seul à avoir choisi pour candidat à ce poste une femme, Mariam Talata, une professeure de philosophie âgée de 57 ans aussi charismatique que féministe. Outre l’absence d’une opposition forte, le président peut compter pour sa réélection sur un bon bilan économique : la production de coton, une des principales ressources du pays, a fortement augmenté, la petite corruption a quasiment été éradiquée, et de nombreuses routes ont été construites.

En dépit du coronavirus, le pays a réussi à maintenir une croissance positive en 2020. « Je soutiens le président Talon car on avait tellement de problèmes avant. L’eau et l’électricité coupaient tout le temps, aujourd’hui c’est beaucoup mieux », affirme Ulrich Adjalla. Sans emploi depuis des études de sociologie, ce Béninois de 28 ans est persuadé que le président Talon créera des emplois pour la jeunesse.

Le dépouillement devrait commencer dès la fermeture des 15 531 bureaux de vote à 16h. Les résultats seront annoncés en début de semaine. ACP/CL/May