Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi plaide pour une politique vaccinale adéquate en Afrique

0
162

Kinshasa, 12 avril 2021(ACP).-Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et Président en exercice de l’Union africaine (UA), a plaidé pour une politique adéquate en Afrique à travers un nouvel ordre de santé publique pour sa sécurité économique,  au cours d’un sommet par visioconférence, sous le thème : « l’expansion des capacités de production de vaccination sur le continent africain ».

Il s’agit, selon le Chef de l’Etat, d’un ordre qui nécessite, au niveau de l’UA, une coordination et une coopération rigoureuse et constitué des institutions continentales et nationales fortes et renforcées.

Le Président Félix Tshisekedi en a ainsi appelé à la création et au renforcement des instituts nationaux de santé publique dans chaque pays membre de l’UA.

Il a aussi plaidé pour un personnel de santé publique et un leadership forts qui ne protègent pas seulement la santé mais aussi, les progrès sociaux, économiques et le bien-être , pour une approche fondée sur la collaboration et la solidarité et un partenariat solide, ainsi que pour une capacité de fabrication locale des produits pharmaceutiques et  de vaccins.

Le Président Félix Antoine Tshisekedi a précisé que le continent africain importe plus de 80% des vaccins utilisés à ce jour et près de 41 millions des tests effectués avec un taux de positivité global de 10% avec 37 pays ayant signalé la présence de variants.

Pour le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, le continent africain paie le lourd tribu lié aux maladies transmissibles et non transmissibles, dans un contexte d’un système de santé faible et peu résilient, qui entraîne des graves répercussions sur la santé et la sécurité économique du continent.

« Les maladies infectieuses entraînent une perte de productivité de plus de 800 millions USD par an. Parmi ces maladies, on peut citer le paludisme, le SIDA, le virus d’Ebola, la tuberculose et la COVID-19 qui impactent négativement sur la vie des Africains », a encore dit le Chef de l’État.

Il s’agissait, au cours de ce sommet, de réfléchir autour d’une problématique qui mettra en contribution des hommes et des femmes politiques, des cadres de l’UA, des chefs d’entreprises, des fondations et des fabricants des produits pharmaceutiques en vue d’aboutir à une feuille de route pour l’expansion effective de la capacité africaine à produire des vaccins. ACP/