Les jeunes intellectuels de Lubumbashi appelés à décourager les antivaleurs dans la société

0
211

Lubumbashi, 14 avril 2021 (ACP).- Le doyen du département de Français à l’Institut Supérieur Pédagogique (ISP) de Lubumbashi, James Kafwebe a appelé les jeunes de Lubumbashi à décourager les antivaleurs dans la société et à faire preuve de capacités morales et intellectuelles.

Il l’a dit au cours d’un colloque tenu lundi à l’ISP/Lubumbashi à l’intention des étudiants, sous le thème : «lettré utile dans la société».

A cette occasion, il a indiqué qu’un lettré doit servir d’exemple et doit être en mesure d’apporter des solutions adéquates aux problèmes qui se posent dans la société.

M. James Kafwebe a exhorté les participants au sens d’honnêteté, de dévouement, de tolérance et de combattre les antivaleurs telles que la corruption, l’impunité et l’impolitesse.

L’inculturation, cause de perdition de la jeunesse congolaise

Le professeur d’anthropologie à l’ISP/ Lubumbashi, Peter Mulimbi a souligné que l’inculturation est la cause principale de perdition de la jeunesse congolaise en général et Lushoise en particulier.

Il a fait savoir que les jeunes, à travers les médias, s’inspirent actuellement de la culture occidentale.

A cet effet, il a invité les jeunes à s’approprier utilement les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) en valorisant les us et coutumes.

La corruption est un phénomène complexe

Le professeur d’éducation à la citoyenneté à l’ISP/ Lubumbashi,  Jean-Louis Mwisangi, quant à lui, a évoqué la nécessité de considérer la corruption comme un phénomène complexe qui demande le développement de plusieurs analyses et la mise en place des stratégies pour son éradication.

Il a révélé qu’il s’avère impérieux de mener des analyses systématiques plus holistiques qui appréhendent la complexité de la corruption et qui s’appuient sur le contexte.

Selon ce professeur d’éducation à la citoyenneté, pour éradiquer ou réduire le taux de corruption, il faut un suivi rigoureux dans différentes institutions tant privées que publiques.

Il a aussi parlé de la conception des programmes adaptés et l’application des bonnes pratiques en vue d’éviter les conséquences de la corruption notamment la pauvreté. ACP/Kayu/KJI/FMB