Ituri : »Le gouvernement provincial continue à gérer toutes les affaires de la compétence de la province »

0
150

Bunia, 15 Avril 2021 (ACP).- Le gouverneur de la province de l’Ituri Jean Bamanisa Saïdi a précisé mercredi que quoique réputé démissionnaire suite au vote d’une motion de censure son gouvernement continue à gérer toutes les affaires de la compétence de la province conformément à la constitution et aux lois de la République.

Dans un message de mise au point adressé à ses administrés qui étaient désemparés de conséquences de ladite motion concernant la gestion de la province de l’Ituri en général et de la crise sécuritaire caractérisée par l’intensification de violences de la part de miliciens de la CODECO ces derniers jours dans plusieurs localités du territoire de Djugu il a rappelé que le vote de la motion de censure ne signifie pas que le gouvernement provincial arrête de travailler.

« Cela signifie que le Gouverneur, le Vice-Gouverneur et tous les ministres provinciaux restent en fonction jusqu’au jour de la remise et reprise avec le nouveau gouverneur et vice-gouverneur élus par l’Assemblée provinciale et investi par le chef de l’État. », a-t-il expliqué.

Cependant Jean Bamanisa Saïdi a martelé avant l’élection d’un nouveau gouverneur et le vice-gouverneur deux(2) étapes sont prévues par la constitution et lois de la République à savoir ; sa lettre de démission à présenter au président de la République qui en prend acte ou pas et l’issue d’un procès éventuel contre la motion.

Au regard de ses responsabilités vis-à-vis de l’État Congolais le chef de l’exécutif provincial a donné des instructions claires aux membres du gouvernement provincial et aux autorités territoriales, maire de la ville, bourgmestres, administrateurs des territoires, chefs des chefferies et secteurs ainsi que les chefs de services déconcentrés de gérer normalement leurs entités et services.

Rapport entre l’assemblée et le gouvernement provincial restent institutionnels

En outre l’autorité provinciale a indiqué que les rapports entre son gouvernement et l’organe délibérant provincial restent institutionnels et conformes avec la constitution basés sur le principe de la séparation du pouvoir c’est-à-dire a-t-il fait savoir chaque institution est appelée à exercer ses missions constitutionnelles et légales sans immixtion dans les missions de l’autre.

« A ce titre, il y a lieu de rappeler que le gouvernement provincial continue à gérer toutes les dépenses contraignantes liées à la sécurité, au paiement des rémunérations, au fonctionnement du gouvernement provincial, aux engagements vis-à-vis de tiers(prestataires et fournisseurs), notamment l’asphaltage de la voirie urbaine de Bunia et les travaux de réhabilitation tant de l’intérêt national que provincial dans les territoires de Aru, Mahagi, Djugu, Mambasa, Irumu » a-t-il laissé entendre.

Jean Bamanisa Saïdi a invité les opérateurs économiques, les assujettis et la population à vaquer librement à leurs activités et à s’acquitter de leurs obligations vis-à-vis de l’État et de la province avant d’exhorter ses administrés à l’unité, à la cohésion sociale et à la cohabitation pacifique pour la construction  d’une paix durable par ricochet endiguer l’insecurité qui passe par la dénonciation et la désolidarisation de groupes armés.

Le gouvernement provincial se réserve le droit de saisir les instances juridictionnelles

Par ailleurs le chef de l’exécutif provincial a annoncé que eu égard aux irrégularités dans la procédure ayant abouti au vote de la motion de censure son  gouvernement se réserve le droit de saisir les instances juridictionnelles compétentes pour être rétabli dans ses droits.

Il a par la même occasion exprimé la sérénité de son gouvernement devant le vote de cette motion de censure ajoutant que celui-ci mettra à la disposition du public pour information le moment venu les éléments de réponse aux préoccupations évoquées dans ladite motion. ACP/Kayu/AWA