Tshopo : clôture à Kisangani du séminaire de formation des points focaux 1325 sur les droits de la femme, le monitoring et le plaidoyer

0
573

Kisangani ,  18 Avril 2021 (ACP).-  Le séminaire de formation des points focaux 1325 sur les droits de la femme, le monitoring et le plaidoyer organisé du 15 au 16 Avril 2021 , par le Groupe de travail sur la décentralisation et les élections (GTDE) avec l’appui technique et financier de la fondation HANNS SEIDEL a été clôturé,  vendredi 16 avril, dans la commune Makiso à Kisangani, par Mme Elisabeth Isiki-Isiki, chef de division provinciale du genre , famille et enfant qui    a, au nom de la ministre provinciale du genre/Tshopo, invité les participantes à ces assises à fournir des efforts pour atteindre les résultats escomptés.

Elle a, dans son mot de circonstance, souligné l’importance de ce thème portant sur les «droits de la femme, le monitoring et le plaidoyer» qui permet aux femmes de savoir  ce qu’elles doivent faire au sein de leurs entreprises privées et publiques.

Au cours de la première journée de séminaire, Me Bibiche Salumu, chargée de programme /GTDE,  a développé un module sur les « droits des femmes  » suivi des échanges et débats . Ce module constitué de plusieurs points  a permis aux participantes de voir leurs capacités être  renforcées de manière à s’acquitter convenablement de la mission.

A La deuxième journée de cette activité par contre,  animée par M. François Lemba / Secrétaire Général de GTDE,  était consacrée  à la présentation des modules sur le monitoring et le plaidoyer.

Après échanges et débats, les participantes se sont retrouvées en carrefours pour  réfléchir sur des casus. Cela leur a permis d’identifier un certain nombre des droits qui sont violés souvent dans les entreprises. Des exercices de simulations ont  été également organisés.

Se basant sur les éléments récoltés des casus, les participantes ont été édifiées sur la manière de conduire les actions de plaidoyer. Pour le cas d’espèce, ces actions ont été orientées vers le secteur de la justice, de la société et de la hiérarchie de l’entreprise.

Il sied noter que des recommandations ont été formulées par les participantes pour l’efficacité de leur mission. Parmi elles, on peut citer : la formation des chefs d’entreprises du secteur public et privé sur les droits de la femme, la résolution 1325 et la convention sur l’émancipation de toutes les discriminations à l’égard de la femme. ACP/Yoh/May