Inquiétudes des marchands du marché Wetrafa

0
85

Mbuji-Mayi, 20 avril 2021 (ACP).- Les populations marchandes du marché central de la Muya dénommé Wetrafa (ex SIMIS), se disent inquiètes de l’absence de suivi des décisions du maire de Mbuji-Mayi, de réintégrer les vendeurs installés en dehors de ce lieu de négoce, à l’intérieur dans le but de permettre à l’Etat de générer des recettes et de favoriser son fonctionnement normal en évitant l’exode des commerçants vers le marché Bakwa Dianga.

Les marchands se sont ainsi exprimés à l’ACP lors de la visite effectué sur place, tout en plaidant pour la réhabilitation de cet unique marché de l’Etat au chef-lieu de la province du Kasaï Oriental, transformé ce jour en mini marché qui se vide de ses occupants sous prétexte de la baisse de ses activités.

Le maire de Mbuji-Mayi Louis d’Or Ntumba Tshiapota avait pris il y a peu, une série de mesures selon lesquelles les vendeurs des marchés privés et pirates devraient réintégrer Wetrafa ainsi que les stations des véhicules de transport à destination des différents territoires et des villes de la province de Lomami, être installés autour de ce marché pour créer de l’engouement comme par le passé et lui redonner vie.

Cette décision pourtant salutaire, souffre de son application par manque de suivi, rapportent les opérateurs économiques qui reconnaissent que seules les stations de Kabinda, chef-lieu de la province de Lomami et de Lusambo, chef-lieu de la province de Sankuru, sont implantées non loin du marché dit « SIMIS ».

Il est constaté à l’intérieur de ce marché que plusieurs dépôts sont abandonnés et d’autres sont dans un état de délabrement avancé, a constaté l’ACP. Retenons que les autorités politico-administratives de Mbujimayi avaient même décrété il y a 4 mois, trois jours de prières en vue de délivrer ce marché pour la reprise effective des activités. ACP/Kayu/CFM