Le Président Félix Tshisekedi convaincu de la capacité des Africains à atteindre les objectifs assignés à la ZLECAF

0
426

Kinshasa, 20 avril (ACP).- Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président en exercice de l’Union africaine (UA), a réitéré  «sa ferme conviction», quant à la capacité maximale  collective des pays africains à atteindre les objectifs assignés à la Zone de libre échange continentale africaine(ZLECAF).

Le Chef de l’État l’a exprimé dans son discours, mardi à Fleuve Congo hôtel, à l’ouverture des travaux de la 12ème  Assemblée générale de l’Union des conseils des chargeurs africains (UCCA).

Pour le Président Félix Antoine Tshisekedi, Président en exercice de l’Union africaine, la suppression des droits des douanes sur la plupart de nos marchandises, la libéralisation du commerce et des principaux services ainsi que le démantèlement des obstacles non tarifaires sont les options qu’il faut entreprendre avec courage, en créant des marchés uniques continentaux .

Il a rappelé que le 05 juillet 2019, à Niamey, au Niger, les Chefs d’État membres de l’UA, avaient décidé du lancement de la phase opérationnelle de la ZLECAF. La ZLECAF n’est devenue effective que le 1 et janvier 2021, à cause de la COVID-19.

Pour le Président Félix Antoine Tshisekedi, Président en exercice de l’Union africaine, cette date restera un des moments clés dans la longue et pénible histoire de la reconstruction de l’intégration de l’économie africaine.

«Le statut d’une Afrique marginalisée dans l’économie mondiale, décrié par  Kwame Nkrumah, est malheureusement encore d’actualité, malgré le poids de ses milliards et 300 millions d’habitants; 20% à peu près de la population mondiale. Il est dès lors difficile d’imaginer une Afrique prospère si cette situation ne change pas», a martelé Félix Antoine Tshisekedi.

Paraphrasant Kwame  Nkrumah, l’un des pères du panafricanisme, le Président en exercice de l’Union Africaine a rappelé que l’unification totale de l’économie africaine à l’échelle continentale est le seul moyen pour les États africains d’atteindre un niveau qui ressemble à celui des pays industrialisés.

« Je crois que la coordination entre les actions des chargeurs et celle du secrétariat général de la Zlecaf permettront  la réalisation des conditions optimales de l’intégration économique africaine», a-t-il  conclu.

Pour sa part, le directeur général de l’oGEFREM,  Patient Sayiba, qui prend la présidence tournante de cet organe spécialisé de l’organisation maritime de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a indiqué que «l’objectif ultime poursuivi par les Conseils des Chargeurs, dans la gestion du fret, est de promouvoir le commerce extérieur de nos Etats, en impactant favorablement à la baisse les prix à la consommation ; bref, rendre compétitives les économies des Etats ; ce qui rencontre à bien d’égards l’objectif de la ZLECAf».

Pour M Patient Sayiba, les travaux de Kinshasa devraient aboutir à quelques recommandations  notamment la signature d’un Mémorandum d’Entente  entre l’UCCA et le Secrétariat Général de la ZLECAf , l’octroi  d’un statut d’observateur à l’UCCA au sein des différents Comités de la  ZLECAf , l’appui à l’UCCA par le Secrétariat de la ZLECAf afin que des Conseils des Chargeurs soient créés dans tous les Etats Partie.

Le nouveau président de l’UCCA promet d’accompagner l’implémentation de la ZLECAF en Afrique

Le directeur général de l’Office de gestion  du fret multimodal, Patient Sayiba, nouveau Président de l’UCCA, s’engage pour son mandat à œuvre pour le compte du Conseils des Chargeurs à l’implémentation de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine. «Ils sont censés accompagner cette œuvre, tant que la quintessence de leur travail est intimement liée à l’objectif ultime poursuivi par la ZLECAF,  notamment ce promouvoir le commerce extérieur de nos Etats», a-t-il déclaré.

Pour lui, l’objectif poursuivi par les Conseils des Chargeurs, dans la gestion du fret est de promouvoir le commerce extérieur de nos Etats, en impactant favorablement à la baisse des prix à la consommation, tout en rendant compétitives les économies des Etats membres.

Il a fait savoir  que la gestion du fret constitue l’essence même des missions des Conseils des Chargeurs dans la mesure où la relation entre le Libre-échange et les conseils de chargeurs existentet c’est pour lui une évidence patente, affirmant qu’il est évident qu’on ne peut pas évoquer le libre-échange sur le continent africain sans penser aux Conseils des Chargeurs qui sont censés être aux premières loges dans la mise en œuvre de ce processus.

Le secrétaire général de la ZLECAF Wankele Mene et le président sortant de l’UCCA  Iboudo ont déclaré, chacun à son tour, que la ZLECAF et l’UCCA devraient participer à l’amélioration des économies africaines à travers des échanges.

Ces assises se déroulent à Kinshasa, du 19 au 24 avril 2021, sous le Haut patronage du Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président en exercice de l’Union africaine, en marge de la 12ème  Assemblée générale  ainsi que de la Réunion du Comité directeur de tous les États membres de l’UCCA, sous le thème: «l’UCCA face aux enjeux de la mise en oeuvre de la Zone de libre échange continentale africaine (ZLECAF)».

Prennent part à ces assises, les délégués du Secrétariat général de la ZLECAF, à savoir  l’Angola, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo/ Brazzaville, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Ghana, la Guinée Bissau, la Guinée équatoriale,  la Guinée Conakry, le Mali, le Niger, le Nigeria, la RCA, le Sénégal, le Tchad et  le Togo.

Quelque quatre vingt dix délégués, venus d’Afrique et d’autres continents prennent part à ces assises de Kinshasa en présentiel, a dit le Directeur général de l’Office de gestion des frets multimodal(OGEFREM).

Créé en  février 1977, l’UCCA a pour mission d’œuvrer à la synergie d’actions pour la promotion des transports  et des commerces extérieurs des Etats membres, veiller à l’assistance et à la défense des intérêts des importateurs et des exportateurs sur l’ensemble de la chaine de dépenses. ACP/Lus/May