Mali : début des travaux du Comité d’orientation stratégique

0
145

Kinshasa, 20 Avril 2021(ACP).- Le Comité d’orientation stratégique (COS) du Mal, créé pour appuyer la conduite des réformes politiques et institutionnelles prévues par la feuille de route de la transition en cours dans ce pays, a officiellement démarré  lundi ses activités, ont rapporté mardi, les médias internationaux.

Selon un communiqué de la Primature malienne, ce comité a pour mission de définir le périmètre des réformes au regard du contexte et de la durée de la transition. Il est également chargé de formuler des recommandations sur la base des réformes identifiées par le Dialogue national inclusif (DNI) ainsi que les journées de concertation nationale tenues du 10 au 12 septembre 2020 à Bamako.

D’après la Primature, il s’agit d’un organe consultatif composé de 50 membres issus de la classe politique, de la société civile, des syndicats, des notabilités traditionnelles et des organisations religieuses.

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, celui de l’Economie et des Finances ainsi que le ministre de la Refondation de l’Etat sont membres de droit du comité qui se réunit deux fois par mois sur convocation du Premier ministre.

Il peut également se réunir à tout moment, en cas de nécessité, à la demande du chef du gouvernement. Le gouvernement a publié jeudi dernier le chronogramme officiel des différentes consultations électorales prévues d’ici la fin de la transition, avec notamment le premier tour de la présidentielle prévu pour le 27 février 2022.

Ce processus électoral va débuter le 31 octobre prochain avec un scrutin référendaire.

 Fin des poursuites intentées contre plusieurs personnalités

 D’autre part, la Cour suprême du Mali a confirmé lundi l’abandon des poursuites intentées contre plusieurs personnalités, dont un ancien Premier ministre et un animateur radio vedette, accusées depuis décembre d’avoir préparé un coup d’Etat aux contours mystérieux, ont rapporté mardi, les médias internationaux.

« La Cour a délibéré. Elle a rejeté le pourvoi du procureur général » introduit contre une décision d’abandon des poursuites prise en mars par la cour d’appel de Bamako », a déclaré  l’avocat de deux des prévenus, Cheick Oumar Konaré.

Les cinq personnalités détenues, dont le militant, polémiste et animateur radio Mohamed Youssouf Bathily dit « Ras Bath », ont été libérés lundi après-midi après près de quatre mois de détention, ont précisé les sources.

Outre Ras Bath, les détenus étaient Vital Robert Diop, directeur général du Pari mutuel urbain (PMU, organisation de paris sur les courses de chevaux et de jeux de hasard), Aguibou Tall, un responsable d’une agence œuvrant à l’accès aux télécommunications et demi-frère de l’ex-Premier ministre Boubou Cissé, et deux hauts cadres du Trésor public (Finances de l’Etat), Mamadou Koné et Souleymane Kansaye.

La sixième personne inquiétée dans cette affaire était Boubou Cissé, dernier chef du gouvernement d’Ibrahim Boubacar Keïta avant son renversement par des militaires en août 2020. Par son rang, il apparaissait dans le dossier comme le possible instigateur de ce présumé nouveau coup de force.

Un mandat d’arrêt avait été lancé contre lui fin 2020, mais il n’a pas été arrêté.

Cette affaire, révélée en décembre avec une série d’interpellations par la Direction générale des services de l’Etat (DGSE, le renseignement malien), a suscité une grande perplexité étant donné le peu de détails dévoilés par la justice, la personnalité des mis en cause et le caractère étonnant d’une éventuelle tentative de déstabilisation, alors que les militaires ont la mainmise sur le pouvoir depuis le putsch qui a renversé le président Keïta.

Début mars, la cour d’appel avait ordonné l’abandon des poursuites et la « remise en liberté immédiate de tous les inculpés » dans ce dossier dit de « complot contre le gouvernement de la République ». Le parquet avait fait appel. ACP/ Kayu/ Cfm