L’armée tchadienne  promet de rendre le pouvoir aux civils dans 18 mois

0
345

Kinshasa, 21 avril 2021 (ACP).- Le conseil militaire de transition (CMT) au Tchad, dirigé par le général Mahamat Idriss Déby Itno, fils du président Idriss Déby décédé mardi des suites de blessures reçues au front contre les rebelles, a exprimé sa volonté de céder le pouvoir aux civils à l’issue d’une transition de 18 mois, tout en appelant à l’unité et au dialogue, ont rapporté mercredi des médias internationaux. Mardi dans la matinée, le porte-parole de l’armée tchadienne, le général Azem Bermandoa Agouna, avait annoncé à la télévision nationale le décès du président Déby, au pouvoir depuis 30 ans.

Dans une autre déclaration, le général Agouna a précisé que le président défunt avait été blessé alors qu’il avait pris « la tête des opérations lors du combat héroïque mené contre les hordes terroristes venus de la Libye ».

Il est décédé une fois rapatrié à N’Djamena, la capitale. Il s’agit du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), une rébellion armée basée en Libye voisine, qui a fait une incursion au Tchad depuis le 11 avril, le jour du scrutin de l’élection présidentielle dont M. Déby a été déclaré vainqueur avec 79,32% des suffrages exprimés pour un sixième mandat.

Après avoir informé les Tchadiens du décès de leur président, le général Agouna a décrété la dissolution de l’Assemblée nationale et du gouvernement, et la mise en place d’un conseil militaire de transition (CMT) pour une durée de dix-huit mois. Ces mêmes sources affirment que le CMT est dirigé par un fils de l’ex-président, le général Mahamat Idriss Déby Itno, 37 ans, que les Tchadiens commencent déjà à appeler MIDI (comme son feu père, Maréchal Idriss Déby Itno).

 Avec l’établissement du CMT, l’Assemblée nationale et le gouvernement tchadiens sont dissous, et une Charte de transition sera promulguée pour remplacer la Constitution, selon une déclaration du CMT, qui a également instauré un couvre-feu allant de 18H00 à 05H00 sur toute l’étendue du territoire national, et la fermeture des frontières jusqu’à nouveaux ordres.

 Par ailleurs, le CMT a pour vocation « d’assurer la défense de notre cher pays dans cette situation de guerre contre le terrorisme et les forces du mal afin d’assurer la continuité de l’Etat », et « de nouvelles institutions républicaines seront mises en place à l’issue de la transition par l’organisation des élections », selon la même déclaration.

Dans la déclaration de création du CMT, le général Mahamat a lancé « un appel au dialogue et à la paix » au peuple tchadien, qui « doit montrer son attachement à la paix, à la stabilité et à la cohésion nationale qui sont des valeurs sacrées pour le maréchal du Tchad (l’ex-président, ndlr) ». Albert Pahimi Padacké, candidat d’opposition à la présidentielle arrivé deuxième avec 10,32% des suffrages exprimés, a également appelé à l’unité, à la cohésion et au pardon des cœurs, tout en présentant ses condoléances suite au décès de l’ex-président.

Il a par ailleurs demandé aux acteurs politiques et à la société civile à « s’élever au-dessus des égoïsmes et des intérêts partisans pour une union sacrée dans l’intérêt du pays. ACP/Kayu/KJI