Afrique du Sud : la condamnation de Chauvin soulage les militants

0
287

Kinshasa, 22 avril 2021 (ACP).- La condamnation de l’ancien officier de Minneapolis, Derek Chauvin, reconnu coupable mardi de meurtre et d’homicide involontaire pour avoir plaqué George Floyd sur le trottoir avec son genou a soulagé les militants en Afrique du Sud, ont rapporté jeudi, les médias internationaux.

 Ce verdict dans cette affaire de violences policières aux États-Unis a eu un retentissement planétaire. Dans plusieurs pays africains, comme en Afrique du Sud, George Floyd est devenu le symbole de la discrimination raciale et de la brutalité policière, ont indiqué les sources.

Plusieurs militants des droits de l’homme rassemblés autour du mouvement #Black Lives Matter ont vu le jour, dont Not In My Name, de Themba Masango, qui n’a pas caché sa satisfaction à l’annonce du verdict. « Nous nous félicitons du verdict de culpabilité prononcé à l’encontre de l’auteur et du meurtrier de George Floyd. Ce que nous attendons à présent, c’est une peine sévère qui soit à la hauteur du crime, à savoir un meurtre », a-t-il indiqué.

«Il y a beaucoup trop de cas de brutalité policière ici sur en Afrique du Sud, et nous espérons vraiment que notre gouvernement et la police en Afrique du Sud prendront au sérieux la question de la brutalité policière, en particulier lorsqu’il s’agit de manifestations pacifiques. Nous ne pouvons pas nous permettre que la police soit brutale comme à l’époque de l’apartheid», a-t-il ajouté.

I.T/ “Black Live Matters” en Afrique

Le mouvement “Black Live Matters” s’est poursuivi à travers le monde comme à Tunis, des dizaines de personnes ont manifesté dans les rues, pour dénoncer le racisme après l’interpellation de George Floyd aux États-Unis le 25 mai 2019.

Dans la foulée, au Nigeria, plus d’un million et demi de tweets ont été partagés en un week-end, à la naissance du mouvement #ENDSARS contre la brutalité policière. Lancé par une jeunesse à bout, qui exigeait la dissolution d’une unité spéciale de répression des vols et braquage, accusée de graves atteintes aux droits de l’homme. ACP/