Les confessions religieuses pour la prise en compte des attentes de la population dans la loi sur la CENI

0
269

Kinshasa, 22 avril 2021(ACP)-Les chefs des confessions religieuses ont invités les députés nationaux à tenir compte des attentes de la population congolaise  dans l’examen de la proposition de loi portant organisation et fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dite loi Lutundula de nom de son initiateur, le député  national Christophe Lutundula.

Pour les  chefs des confessions religieuses, qui l’ont indiqué, dans une déclaration faite mercredi au centre interdiocésain à Gombe, la finalité des réformes attendues est de renforcer les mécanismes légaux susceptibles de garantir l’indépendance, la neutralité et l’impartialité de la centrale électorale de façon à rassurer tous les compétiteurs électoraux de la crédibilité des élections de 2023.

Ils en appellent à la minimisation de l’influence politique sur cet organe technique avec pour preuve les rapports de la quasi totalité des organisations de la société civile qui ont abordé cette question en terme de dépolitisation.

Les confessions religieuses conseillent les députés nationaux    de laisser le choix aux composantes de designer leurs délégués à la CENI en cas de manque de consensus.

Concernant l’organisation de la centrale électorale, les confessions religieuses préfèrent la mise en place de la commission avec une représentation paritaire de trois composantes pour assurer le suivi et le contrôle de la CENI par une évaluation technique et périodique.

Vu le rôle capital que joue le secrétariat exécutif national, elle souhaite qu’il soit régi par la loi plutôt que de le laisser sous la dépendance totale du président de la CENI.

En outre, la plateforme des confessions religieuses attend un grand changement dans la composition du bureau de la centrale électorale soulignant  l’idéal de voir  tous les membres de ce bureau provenir  de la société civile.

« La bonne réception des réformes en cours est un grand facteur pour l’apaisement des élections de 2023 »,  estiment les chefs des confessions religieuses.ACP /GGK