L’IGAD appelle au dialogue sur l’impasse politique en Somalie

0
189

Kinshasa, 22 avril 2021 (ACP).- L’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) a appelé mercredi les dirigeants somaliens à reprendre le dialogue afin de sortir de l’impasse politique actuelle concernant les élections retardées, ont rapporté jeudi, les médias internationaux.

Le bloc d’Afrique de l’Est a également soutenu l’initiative de l’Union africaine (UA) proposée par le président Mohamed Farmajo qui a exhorté lundi l’UA à jouer un rôle de premier plan pour faciliter un processus électoral dans lequel chaque citoyen élit ses représentants par le biais d’élections libres et équitables.

«L’IGAD réitère que le dialogue reste la meilleure option pour la cohésion nationale, la politique inclusive, la consolidation de la paix, la réconciliation, la sécurité humaine et la stabilité», a affirmé le bloc régional dans un communiqué.

Il a estimé que le dialogue était un processus important fournissant un espace pour la confiance et le renforcement de la loyauté, et constituait une condition préalable essentielle pour un règlement global de toutes les questions en suspens.

Le bloc a appelé les dirigeants somaliens à faire preuve de la plus grande retenue et à s’abstenir de toute action susceptible d’aggraver les tensions ou de conduire à la confrontation, et a donc exhorté les parties prenantes à donner la priorité au dialogue dans leurs aspirations politiques.

«L’IGAD reconnaît l’importance des engagements multilatéraux pour renforcer la cohésion politique et la réconciliation et, à cette fin, est prête à offrir ses bons offices pour soutenir l’initiative proposée par l’Union africaine’», a-t-il poursuivi.

La crise politique en Somalie a été déclenchée le 12 avril lorsque la Chambre basse du Parlement somalien a voté la prolongation des mandats des branches exécutive et législative du gouvernement.

Le président Farmajo, dont le mandat de quatre ans a officiellement pris fin le 8 février, ne parvient pas depuis des mois à conclure une trêve sur la manière de mener les élections.