L’Afrique et ses partenaires lancent un projet visant à réduire la fracture numérique continentale

0
394

Kinshasa, 24 avril 2021( ACP).-  La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et ses partenaires ont lancé une initiative Internet d’apprentissage en ligne baptisée « Learning Girls in ICT-Initiative » (« Initiative pour l’apprentissage des TIC chez les filles ») pour offrir une éducation et des compétences technologiques essentielles aux jeunes femmes et jeunes filles en Afrique, ont rapporté samedi les médias internationaux.

Selon un communiqué publié dernièrement par la CEA, cette initiative, lancée à l’occasion du 10e anniversaire de la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC, célébrée chaque année le 22 avril, doit contribuer à réduire la fracture numérique continentale.

Affichant le taux de pénétration de l’Internet le plus bas, la région Afrique présente aussi le plus grand écart numérique entre les sexes au monde, avec seulement 22,5% des femmes qui utilisent Internet, contre 33,8% des hommes.

« Cet écart entre les sexes se creuse dans certaines régions du continent, renforçant les inégalités entre les sexes en privant les femmes et les jeunes filles de la possibilité d’accéder à l’éducation, de trouver des emplois mieux rémunérés et de créer de nouvelles entreprises », a déclaré Jean-Paul Adam, directeur de la Division technologie, changement climatique et gestion des ressources naturelles (TCND) de la CEA.

La CEA et ses agences soeurs, l’Union internationale des télécommunications, ONU Femmes et des partenaires bilatéraux ont lancé le projet lors de leur webinaire conjoint organisé sur le thème « Jeunes filles africaines connectées, pour créer un avenir meilleur ».

« Grâce à ce lancement, la CEA aide à construire un pont qui encouragera davantage de femmes et de filles du continent à s’engager dans les sciences et technologies, l’ingénierie et les mathématiques », a souligné l’un des principaux organisateurs du forum, Mactar Seck, de la Division TCND de la CEA.

« Nous devons continuer à promouvoir l’autonomisation des jeunes filles grâce aux TIC », a de son côté déclaré Jean Jacques Massima, de l’Union internationale des télécommunications ACP/KJI