La SADECU plaide pour la relance des travaux sur le tronçon routier UPN – Pompage via Sanga Mamba-Malweka

0
263

Kinshasa, 26 avril 2021 (ACP).- Les participants au forum social organisé, samedi, par l’Association « Santé-développement-culture » (SADECU), en collaboration avec la Fédération des associations et l’appui financier de la Fondation Hanns Seidel (FHS), dans la commune de Ngaliema, ont plaidé pour que le gouvernement relance les travaux de construction du tronçon routier UPN – Pompage via Sanga Mamba et Malweka, arrêtés il y a plusieurs mois, au détriment de la vie socio-économique de la population de cette contrée.

Le président du conseil d’administration de la SADECU, Floribert Mwanza Lundemba, a, lors de son intervention, précisé que cet événement placé sous le thème : «  L’arrêt des travaux du tronçon routier UPN – Pompage via Sanga Mamba – Malweka et de son impact sur la production communautaire », a eu pour objectif d’ouvrir un débat autour de l’inaccessibilité routière de cette voierie, de  démontrer les conséquences produites par l’arrêt des travaux, de réfléchir sur les résolutions pratiques et palliatives pouvant soulager les besoins de la population, ainsi que de faire entendre le cri de cœur de la population de Malweka.

Une façon d’amener le gouvernement à  programmer ce chantier qui, une fois achevée, va améliorer les conditions de vie des populations, particulièrement l’accès aux produits de première nécessité en provenance de l’intérieur du pays, a-t-il ajouté. L’expert communautaire de SADECU, Clément Kabeya  Mbongo, ayant intervenu sur les dégâts et les conséquences de cet arrêt des travaux a indiqué que la RDC, riche en ressources naturelles, présente des opportunités de développement, avec ses deux saisons, à savoir : la saison  sèche et de pluie, susceptibles de favoriser son progrès.

S’agissant de la ville de Kinshasa, il a particulièrement évoqué quelques obstacles de  développement à relever par l’autorité urbaine, notamment sa caractéristique physique marquée par les communes  réputées érosives  (Kimbanseke, Mont Ngafula, Ngaliema), celles exposées à des inondations ( Ngaba, Matete, Limete, Kinshasa), les semi érosives (Maluku, N’sele et Makala), ainsi que celles dites stables (Gombe, Ngiri Ngiri, Kasa-Vubu et Kalamu). Tout en relevant toutes ces catégories des communes font face à des problèmes qui se résument par la mauvaise gestion des eaux et la manque d’urbanisation adéquate.

M.Félix Lwamba, expert SADECU, ayant abordé la thématique « Production communautaire face à l’inaccessibilité routier à Malweka », a démontré la pauvreté accrue de la population et les difficultés dues à  l’arrêt de ces travaux. Les participants  se sont convenus  de la  mise en place d’un groupe de pression composé des ingénieurs, des acteurs politiques, des  hommes d’affaires, représentants des Eglises, etc. afin d’obtenir gain de cause.ACP/nig