Mozambique: Total suspend son projet gazier en raison d’une situation de «force majeure»

0
139

Kinshasa, 26 avril 2021 (ACP).- Le groupe français Total a confirmé  lundi la suspension de son gigantesque projet gazier dans le nord-est du Mozambique, ont rapporté le même jour, les médias internationaux.

Les sources indiquent que cette interruption intervient à la suite d’une attaque jihadiste début avril. Le géant des hydrocarbures indique dans un communiqué avoir déclaré une situation de « force majeure ».

C’est une façon de se protéger contre d’éventuelles poursuites judiciaires. Total recourt ainsi à la notion juridique de « force majeure » à cause des conditions exceptionnelles créées par la dernière attaque jihadiste, fin mars 2020, contre la ville de Palma dans la province du Cabo Delgado, à une dizaine de kilomètres des installations du groupe français.

L’insécurité qui règne dans la région et  l’armée mozambicaine qui essaie  de mettre fin aux activités terroristes empêchent Total de poursuivre son chantier et d’exécuter les contrats liés à ce grand projet gazier. L’ensemble du personnel a été  retiré du site d’Afungi. Ce  retrait, selon les sources, affecte aussi les sociétés locales et étrangères partenaires de Total sur le projet. La Confédération des associations économiques du Mozambique évalue actuellement les contrats suspendus par les compagnies étrangères et a demandé notamment au groupe Total de payer les factures.

I.T/Pas de calendrier évoqué

Pour l’instant, il n’y a aucune indication sur la durée de suspension du chantier. Mais si elle se prolonge, cela entraînera un retard de livraison de la production de gaz naturel liquéfié, initialement prévue en 2024. Le coût total du grand  projet gazier est de 60 milliards de dollars, dont 20 milliards de dollars pour la partie pilotée par Total. ACP/ RNL/Nig