Les jeunes de Bandalungwa dénoncent le non-respect des heures d’ouverture et de fermeture des débits de boissons

0
323

Kinshasa, 27 avril 2021 (ACP).- L’Association dénommée « Les jeunes de  Bandalungwa » dénonce le non-respect des mesures de l’exécutif provincial en vigueur délimitant les heures de fonctionnement des terrasses et lieux de cultes, à la base de la pollution sonore, indique mardi, une lettre ouverte der M. Willy Mulumba, président de cette structure, adressée à l’autorité municipale, Thierry Baylon Gaibene,  dont une copie est parvenue à l’ACP.

Selon Willy Mulumba, ce non-respect des heures de réglementation occasionne notamment la pollution sonore et des atteintes aux bonnes mœurs véhiculées par certaines chansons exécutées à longueur de  journée au détriment de l’éducation des enfants.

Il a fait savoir que toutes les cérémonies ou activités à production sonore doivent tenir compte du respect de la loi, de l’ordre public, de bonnes mœurs et des droits d’autrui, notamment du droit à la tranquillité, ajoutant que l’exposition au bruit constitue une cause importante des troubles de l’audition, avec risque de destruction irrémédiable des cellules ciliées et altérer les fibres nerveuses auditives, notamment ceux produits au-delà de 85 décibels.

De ce fait, le président de l’Association des jeunes de Bandalungwa a appelé le bourgmestre, en sa qualité du chef de l’exécutif communal et Officier de police judiciaire (OPJ) à compétence générale à assurer sa responsabilité dans la bonne marche de l’administration de Bandalungwa, en réprimant cette pollution.

Il a appelé à faire exécuter les lois, les édits et les règlements nationaux et provinciaux, ainsi que le maintien de l’ordre public afin de préserver la santé des habitants et surtout l’éducation des enfants.

ACP/MBELU/MAZAKALA/PN