La promotion des langues nationales de la RDC recommandée au 1er  Salon littéraire du Kongo Central

0
268

Kongo Central, 29 avril 2021 (ACP).- M. Moïse Edmond, diffuseur aux éditions Mabiki et animateur culturel a recommandé au gouvernement  et aux acteurs du monde littéraire à s’investir pour la promotion des langues nationales de la RDC, comme vecteurs de la culture et de l’histoire  de ce pays, dans son exposé,  à la deuxième journée du Salon littéraire, ouvert depuis mardi, dans la ville de Banza-Ngungu, dans la province du Kongo Central.

Il a particulièrement évoqué le lingala qui,  selon lui, doit notamment  etre instaurée  comme langue  officielle lors des cérémonies socioculturelles  et autres cadres permettant de vulgariser les valeurs et les marques de la société congolaise au delà des frontières.

Cette démarche devrait en réalité préoccuper les dirigeants des pays africains, en vue de relever les défis socioculturels et politiques qui guettent  encore ce continent, a-t-il souligné, estimant que « l’Afrique  ne saura pas s’imposer s’il ne s’approprie de sa culture et de ses langues nationales ».

Pour arriver à parvenir à cette initiative, M. Edmond a précisé  encouragé l’Etat, les opérateurs culturels  congolais à se lancer dans la multiplication des supports éducatifs et ludiques essentiellement en lingala, swahili  autres langues nationales.

C’est dans ce cadre, a-t-il révélé, que les éditions Mabiki ont déjà  mise en place des ouvrages publiés en lingala en faveur de Congolais comme des étrangers  désireux de perfectionner ou apprendre cette langue nationale.

Produire des bandes dessinées en lingala

Pour sa part, Crébix Mozalisi, secrétaire des dessinateurs de la nouvelle dynamique et opérateur culturel congolais a souhaité que le lingala soit inséré également dans les bandes dessinées (BD) congolais en vue de la  vulgariser  davantage cette  langue des ancêtres auprès de la jeunesse montante.

Il a expliqué le rapprochement entre les textes et les images, en soutenant qu’il n’existe aucun trait d’union qui sépare les textes d’avec les images. Lesquels sont selon lui, comme le recto et le verso d’une même pièce.

Le Prof Landu Edo, un autre intervenant a pour sa part salué les efforts fournis par les organisateurs de ce salon  qui prévoit un programme spécial d’apprentissage des langues nationales aux enfants. Ces derniers ont par exemple appris les parties du corps humains en quatre langues nationales.

Placé sous  le thème « Aimer  la littérature et oser écrire » le premier salon littéraire du Kongo Central va se clôturer le samedi 1er   mai prochain. ACP/MOKWAKA