Célébration de la Journée internationale de la danse à Kinshasa

0
300

Kinshasa, 30 avril 2021 (ACP).-  Diverses activités culturelles ont été organisées, jeudi, à Kinshasa, en marge de la Journée internationale de la danse, célébrée le 29 avril de chaque année, afin de la valoriser et vulgariser son importance pour les peuples.

À cet effet, la Compagnie de danse «Jacques Bana Yanga» organise depuis le 15 avril dernier, un atelier de danse à l’Institut français de Kinshasa (IFK), dans la commune de Gombe.

M. Jacques Bana Yanga, créateur du Festival international de danse «Meyabe» et initiateur de cet atelier a indiqué que cette activité a été clôturée par une restitution chorégraphique en prélude au spectacle «RD Congo miroir sape sape» qui sera organisé dans les jours à venir, ajoutant que 20 danseurs professionnels nationaux et internationaux ont pris par à cet atelier, dans le strict respect des gestes barrières.

Par la même occasion, deux ouvrages sur la danse ont été mis en lumière en ligne sur routes les plateformes de téléchargement mobile par la structure Anibwe, notamment «Danseur de l’ombre» d’Evelyne Mankou et «La danse initiatique Africaine d’ancrage» d’Elima Longo. Ces ouvrages traitent respectivement du destin de deux êtres qui s’aiment et qui sont obligés de supporter l’absence de l’autre, pour le premier, ainsi que du respect des codes ancestraux de la danse dans les rites initiatiques.

Ces deux ouvrages ont été choisis en raison du message délivré cette année par le danseur allemand Friedmann Vogel, qui affirme que : «Tout commence par le mouvement-instinct ancré en chacun de nous, dans le but de communiquer».

Pour rappel, le Comité de danse international (CDI), en relation avec l’UNESCO a instauré la Journée internationale de la danse en 1982, la date du 29 avril a été choisie pour commémorer l’anniversaire de Jean-Georges Noverre (1727-1810), créateur du ballet moderne. L’objectif de cette célébration est de réunir le monde de la danse, lui rendre hommage, célébrer son universalité en franchissant toutes les barrières politiques, culturelles et ethniques.

Chaque année un message international est rédigé par une personnalité de la danse mondialement reconnue, signale-t-on.

Eddy Mboyo plaide pour la formation de danse dans des écoles en RDC

Par ailleurs, le danseur, chorégraphe et initiateur du Festival «Mbonda elela», Eddy Mboyo, a plaidépour que le gouvernement  ouvre des écoles de formation de danse dans les écoles en RDC, dans le but de valoriser et d’initier la culture de la danse à la jeunesse congolaise.

Selon M. Mboyo, pour que la danse ne puisse disparaitre, nous devons avoir des initiateurs de projet dans cet art afin de réfléchir autour de la pérennisation pour que le pays acquiert sa position dans ce métier.

Par ailleurs, il a félicité l’organisateur du Festival «Naza danseur», pour cette belle initiative et l’encourager de faire mieux dans l’avenir. ACP/Fmb