Monitoring de plus de 500 cas des violences domestiques entre mars et novembre 2020

0
120

Kinshasa, 30 avril 2021 (ACP).- Le Forum des femmes citoyennes et engagées pour la gouvernance, la démocratie et le développement (FECEGDD)  a dressé le monitoring de plus de 500 cas des violences domestiques entre mars et novembre  2020, a indiqué Mme Marie Lukusa coordinatrice de cette structure, au cours d’un entretien vendredi avec l’ACP.

Cette structure a procédé, après la récolte des données sur l’existence effective des violences domestiques à Kinshasa,  à la phase de la lutte contre ces antivaleurs et, ce plaidoyer a pour objectif d’amener les décideurs à prendre des mesures d’urgences  pour prévenir et lutter contre ces formes des violences.

Les violences domestiques peuvent être physiques, psychologiques, sexuelles, économiques, institutionnelles, et politiques. Parmi les conséquences économiques, ce-type de violences prive les femmes de leurs droits d’exercer une activité économique ou un travail salarié et engendre à la pauvreté. Ceci peut entrainer des frustrations, des problèmes psychologiques conduisant à la  dépression, a indiqué Mme  Lukusa, signalant la loi qui sera élaborée, sanctionnera les hommes au même titre que les femmes qui se rendront coupables des violences domestiques, avant de rappeler que pendant la période de l’état d’urgence sanitaire, le centre hosp italier «Arc-en-ciel» dans la commune de Bumbu,  avait assuré la prise en charge de vingt victimes des violences domestiques.

S’agissant des violences physiques, celles-ci peuvent être, psychologiques, sexuelles, économiques ainsi que culturelles, institutionnelles et politiques, a-t-elle fait savoir, ajoutant que ces actes ignobles entrainent d’énormes difficultés aux victimes qui sont essentiellement des femmes.

Bien que l’éducation aux violences basées sur le genre (VBG) n’ait pas encore progressée de façon particulière dans la société congolaise, cette actrice sociale a, néanmoins suggéré qu’il y ait au moins  des cadres  qui permettent aux hommes et aux femmes victimes de ces formes des violences de s’y rendre pour trouver des orientations et des premiers soins. ACP/Fmb