Barrage de la Renaissance : les parties en conflit et le Président Félix Tshisekedi d’accord pour une solution concertée

0
147

Kinshasa, 3 mai 2021 (ACP).-La ministre soudanaise des Affaires étrangères,  Mme Mariam Al Mansoura, a déclaré lundi, qu’il y a concordance de vues avec le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président en exercice de l’Union africaine (UA) sur la question du Grand barrage de la renaissance éthiopienne, pour une solution concertée avant le deuxième remplissage dudit barrage.

La cheffe de la diplomatie soudanaise l’a fait savoir, à l’issue des échanges qu’elle a eus à la cité de l’Union africaine, avec le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, sur la question de ce barrage qui oppose l’Éthiopie au Soudan et à l’Égypte.

Pour Mme Mariam Al Mansoura, qui était porteuse d’un message de son Président à son homologue congolais, il faut un accord des trois pays concernés, avant le deuxième remplissage de ce barrage.

« C’est une question d’un fleuve transfrontalier, laquelle est régie par des lois et règles internationales, ce qui nécessite l’avis et l’expertise des partenaires internationaux », a encore dit Mme Mariam Al Masoura.

A ce propos, a-t-elle précisé, le Président Félix Antoine Tshisekedi a indiqué qu’il est en consultation, en tant que Président en exercice de l’UA, avec le Secrétaire général des Nations Unies ainsi qu’avec l’Administration américaine.

« Un envoyé spécial des États-Unis d’Amérique est attendu très prochainement à Kinshasa pour travailler avec les experts des trois pays concernés, en vue de trouver une solution commune », a annoncé le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

La ministre soudanaise des Affaires étrangères a également, annoncé la prochaine visite du Président Félix Antoine Tshisekedi à Khartoum pour, dit-elle, évoquer toutes ces questions en vue de trouver une solution « gagnant-gagnant ».

La ministre des Affaires étrangères du Soudan était conduite auprès du Chef de l’État par Christophe Lutundula Apala, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères. ACP/