La NSCC invite le Chef de l’État à s’investir pour la suppression de la taxe RAM

0
49

Kinshasa, 03 Mai 2021 (ACP).- Le coordonnateur national de la Nouvelle société civile congolaise (NSCC), Jonas Tshiombela a, à travers une déclaration lue mardi devant la presse, invité le Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à s’investir pour la suppression de la taxe « registre des appareils mobiles (RAM) » en vue d’alléger cette charge fiscale qui pèse sur les consommateurs Congolais.

Selon M. Tshiombela, cette redevance est imposée à la population congolaise sans revenu ne pouvant pas lui permettre de vivre comme citoyen normal. Il a prévenu, à cet effet, que des actions citoyennes de grande envergure seront lancées notamment une campagne nationale de la désobéissance civile contre cette taxe, des journées sans crédits téléphoniques, des marches pacifiques si leur appel ne trouve pas échos favorable auprès des autorités du pays.

« Quelle est la base légale de ce prélèvement ? Quel est le service rendu qui doit être ainsi rémunéré ? Pourquoi cet acharnement fiscal sur les pauvres citoyens ? Au regard de cette pression fiscale qui pèse sur le consommateur congolais sans revenu, la NSCC et les Forces des leaders engagés du Congo (FLEC) considèrent que cette taxe est un sabotage organisé pour faire du numérique congolais un levier d’intégration, de croissance économique et du progrès social. La taxe RAM doit être supprimée simplement », a-t-il déclaré.

S’appuyant sur les données du GSMA en rapport avec l’inclusion numérique et fiscale dans le secteur de la téléphonie mobile en RDC, le coordonnateur de la NSCC a rappelé que les Congolais paient déjà 4 taxes, à savoir: la TVA de 16% pour les appareils et cartes SIM, le droit de douane 27,6 % sur les téléphones importés, la taxe sur les jeux 10% et la TVA 10% et droits d’accises 16% sur les appels, SMS et large bande mobile.

Il sied de signaler que c’est depuis la semaine dernière, plusieurs abonnés des réseaux de téléphonie cellulaire sont dans l’impossibilité d’effectuer différentes opérations en raison de la coercition du paiement du RAM. Cette situation a dégénéré plusieurs réactions et une marche de protestation a été organisée lundi dernier contre l’opérationnalité de ce service, signale-t-on. ACP/ ZNG/Cfm/thd