Les médias combattent les rumeurs pendant la période de la COVID-19, affirme Jean Marie Kassamba

0
558

Kinshasa, 04 mai 2021 (ACP).- Le président provincial de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC), Jean Marie Kassamba a affirmé lundi que les médias ont géré l’opinion publique et combattu les rumeurs durant la période de la pandémie à Coronavirus, au cours d’une conférence, tenue à l’Université « Révérend Kim », dans la commune de N’djili, à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la liberté de la presse.

Selon Jean Marie Kassamba qui a exposé sur «Le rôle de la presse congolaise pendant la période de la pandémie à Coronavirus», dès la déclaration de celle-ci en RDC, la presse était comme un acteur qui gérait l’opinion par la communication de crise qu’elle s’est servie, en vue de stimuler la population au changement des comportements face à la maladie et auprès des autorités sanitaires et politiques.

«C’est ainsi qu’il s’est remarqué dans les médias, le changement des programmes lequel s’est penché sur la COVID-19, une manière de permettre à la population de s’informer», a-t-il dit.

De son coté, Mme Bibiche Mwika, journaliste de son état et coordonnatrice du Réseau des journalistes Ami de l’enfant (RJAE), a axé son intervention sur « Les femmes des médias face à la crise sanitaire».

Pour elle, dans la riposte médiatique de la pandémie de la COVID-19, les femmes des médias ont travaillé de la même manière que les hommes des médias, car toutes les entreprises de presse sont mixtes.

Mais en RDC, le rôle des femmes des médias dans la riposte à la COVID-19 est plus prépondérant, parce qu’actuellement elles sont plus nombreuses que les hommes dans cette profession. Cette situation est constatée à partir des écoles de formation des journalistes où les étudiantes  sont nobreuses que les étudiants, a-t-elle ajouté.

Mme Mwika a mis un accent sur son expérience étant que responsable d’un réseau qui regroupe de nombreuses femmes que les hommes, affirmant que certaines femmes occupent même des postes stratégiques en matière de communication, notamment dans la coordination de la riposte et dans la commission Communication de risque et engagement communautaire (CREC), une structure du Comité national multisectoriel de riposte à la pandémie de la COVID-19.

«Lors de deux vagues de cette pandémie en RDC, plusieurs femmes des médias ont bravé la peur en réalisant des interviews, des reportages, des émissions sur la COVID-19, etc. Elles sont allées même jusqu’à palper du doigt les réalités de terrain, notamment dans les centres de traitement où sont soignés les personnes atteintes de la maladie et dans la riposte de vaccination», a-t-elle souligné.

A cet effet, elle a rendu hommage aux femmes des médias qui occupent des postes stratégiques dans la riposte, lesquelles ont un rôle  remarquable qui contribue à la riposte de cette maladie en RDC. ACP/ZNG/Cfm/Thd