Le lavage des mains est le meilleur moyen de prévenir la propagation des germes dans les établissements sanitaires et dans la communauté

0
189

Kinshasa, 05 mai 2021 (ACP).- Le lavage des mains constitue le meilleur moyen de prévenir la propagation des germes dans les établissements sanitaires et dans la communauté, a déclaré mercredi à Kinshasa le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, le Dr Jean-Jacques Mbungani Mbanda, dans son message à la Nation, à l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène des mains, commémorée le 5 mai de chaque année.

Dans son adresse, le ministre Mbungani a affirmé que le lavage des mains qui paraît comme un geste anodin, est essentiel et déterminant pour sauver même des vies. L’année 2020 a révélé l’importance de l’hygiène des mains avec l’apparition de la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) et plus largement des maladies infectieuses. Dans le cadre de la riposte à la Covid-19, de plus en plus des points de lavage des mains ont été mis en place.

«Si ce geste est recommandé à tout le monde, il est encore plus exigé aux personnels de santé qui doivent scrupuleusement respecter les mesures barrières, y compris le lavage des mains afin d’éviter la transmission des micro-organismes aux patients», a-t-il soutenu.
Il a fait savoir que le gouvernement ne ménage aucun effort pour prévenir toutes les maladies qu’on peut éviter par le lavage des mains. C’est pour cette raison qu’il a plu au Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo et au Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde d’attribuer  l’hygiène et la prévention au ministère de la Santé publique. Ceci implique pour ce ministère de mettre en œuvre une politique d’hygiène et de prévention ainsi qu’une formation des prestataires de soins et des membres de la communauté sur le standard minimum «P H WASH» (Pratique de lavage des mains).

D’après les données recueillies lors de l’analyse épidémiologique faite à la surveillance, 50% de cas de Covid-19 en RDC sont des contaminations familiales, 20% en milieu professionnel et 5% dans les structures sanitaires, c.à.d. imputables aux infections nosocomiales.

Près 60 à 70% des infections nosocomiales passent par les mains

Par ailleurs, le ministre Mbungani a fait savoir que les études réalisées par les experts de l’OMS ont démontré que près de 60 à 70% des infections nosocomiales passent par les mains. La mesure la plus importante pour prévenir ce type d’infections demeure la pratique de l’hygiène des mains pendant les cinq moments critiques, à savoir avant un contact avec les patients, avant un geste aseptique, après une exposition à un liquide biologique, après  un contact avec les patients et après un contact avec l’environnement d’un patient.

Il a profité de cette occasion pour inviter les partenaires du secteur privé, les innovateurs scientifiques et la communauté à soutenir le programme national « Eau, Hygiène et Assainissement », initié par le chef de l’État, en investissant dans l’accès à l’eau pour les établissements sanitaires comme pour les ménages.
« L’hygiène des mains est l’une des mesures les plus efficaces pour réduire la propagation des agents pathogènes et de prévenir les infections, notamment la Covid-19 et la maladie à virus Ebola (MVE)», a-t-il indiqué.

Le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention a, à ce titre, lancé un appel à l’ensemble de la population congolaise à adopter la culture systématique de lavage de mains pour prévenir les maladies hydriques.  ACP/