Netanyahou échoue à former un nouveau gouvernement dans les délais

0
205

Kinshasa, 05 mai 2021 (ACP).- Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou n’a pas réussi à former un nouveau gouvernement avant la date limite de minuit mardi et a rendu le mandat qu’il avait reçu du président Reuven Rivlin le 6 avril dernier, ont indiqué mercredi des agences internationales de presse. « Peu avant minuit, M. Netanyahou a informé la résidence présidentielle qu’il n’avait pas été en mesure de former un gouvernement et qu’il rendait donc son mandat au président », a indiqué un communiqué de la présidence.

Lors des élections du 23 mars, le parti de droite Likoud dirigé par M. Netanyahou avait obtenu 30 sièges à la Knesset (le Parlement israélien), qui en compte 120, mais n’a pas réussi depuis à former une coalition avec une majorité de 61 sièges.

Bien que les partis de droite aient remporté une large majorité aux élections, certains refusent de coopérer avec M. Netanyahou en raison de querelles persistantes. « Mercredi matin, la résidence présidentielle sera en contact avec les factions concernant la poursuite du processus de formation du gouvernement », a ajouté le communiqué. Plus tôt dans la soirée de mardi, le Likoud a commencé à promouvoir une série de projets de loi, dont certains visaient à augmenter les chances de M. Netanyahou de rester Premier ministre.

Le parti a fait la promotion d’une loi visant à organiser l’élection directe du Premier ministre lors des prochaines consultations électorales, parallèlement aux élections parlementaires.

Selon tous les sondages, M. Netanyahou aurait de fortes chances d’être élu dans ce cas de figure. Le Likoud a également tenté de faire passer une loi qui annulerait l’accord de rotation au sein du gouvernement actuel. C’est l’actuel ministre de la Défense, Benny Gantz du parti Bleu et Blanc, qui devrait être nommé Premier ministre en novembre de cette année. Cependant, la promotion de ces lois a été arrêtée à défait d’avoir obtenu la majorité nécessaire.

Le Likoud a pu commencer à promouvoir des lois considérées comme étant de droite, notamment la légalisation des colonies en Cisjordanie et un texte qui permettrait de contourner les décisions de la Cour suprême. Il a également l’intention de promouvoir une loi visant à imposer la peine de mort aux terroristes.

Selon les analystes politiques, les actions du Likoud visent à provoquer une rupture entre les autres partis de droite et leurs partenaires potentiels du centre et de la gauche, empêchant ainsi la formation d’un gouvernement par ses factions rivales.