Près de 6 millions d’euros du gouvernement français pour le projet «HUAMSI»

0
345

Kinshasa, 05 Mai 2021(ACP).- La France à travers son Ambassadeur en RD-Congo, François Pujolas a signé mardi, à Kinshasa,  une convention de 6 millions d’euros en faveur du projet (HUAMSI), au titre appui financier de l’Hexagone destiné à la matérialisation dudit projet, a indiqué le diplomate français dans une interview à la presse.

Le projet HUAMSI, a-t-il dit, est un terme puisé dans la langue swahili qui signifie «soins de santé».

L’Ambassadeur Pujolas qui était accompagné par le Directeur général de CARE France représenté par Mme Aline Ouedraego, Directrice pays de CARE International en RD-Congo et le Directeur de l’Agence Française de Développement en RD-Congo (AFD), Didier Grebert, a fait remarquer que ce projet s’inscrit dans le cadre des axes stratégiques développés dans la feuille de route franco-congolaise de lutte contre Ebola et les autres épidémies, adoptée le 12 novembre 2019, lors de la visite en France du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Il contribue à la mise en œuvre du Plan d’action de sécurité sanitaire du gouvernement congolais et a pour objectif de contribuer au renforcement du système de santé primaire et secondaire, afin qu’il soit accessible à toutes les couches de la population et résilient face aux chocs épidémiques.

Ce projet vise également à atteindre un objectif transversal de réduction des inégalités femmes/hommes qui se traduit par la mise en place des activités spécifiques dans chaque composante du projet.

François Pujolas a indiqué  que la mise en œuvre  dudit projet, permettra également d’atteindre les six objectifs spécifiques assignés entre autres : l’amélioration de l’état de santé des populations des zones de Beni et Butembo, soit un peu plus de 700. 000 personnes, en combinant résultats rapides et impacts positifs à moyen terme; l’amélioration de la disponibilité et de la qualité des services de santé primaire et secondaire ; la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelles et infanto-juvéniles; le renforcement de la gestion et de fonctionnement des services de soin de santé primaire et

Secondaire ; l’amélioration de la redevabilité et de la gouvernance en termes     de santé ; le renforcement des mécanismes de prévention et de riposte aux épidémies.

IL a signalé que une attention particulière sera portée aux personnes  les plus vulnérables, notamment les retournés, les déplacés, les femmes et les jeunes filles, les personnes vivant avec handicap et les autres groupes marginalisés à travers des activités spécifiques. ACP/ Fng/KJI/GGK