Barrage du Nil : la présidente éthiopienne en visite au Niger

0
593

Kinshasa, 6 mai 2021(ACP).- La présidente éthiopienne, Sahle-Work Zewde, en visite de travail au Niger, a échangé avec son homologue Mohamed Bazoum sur le dossier controversé du barrage de la Grande Renaissance éthiopienne, ont rapporté jeudi, les médias internationaux.

Le barrage de la Grande Renaissance est une source de tension dans le bassin du Nil depuis le lancement de sa construction en 2011.

Les sources indiquent que les échanges entrer les deux chefs d’Etat ont permis un rapprochement des positions entre les deux pays.

« Le point important dont nous avons discuté est le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne que l’Éthiopie a construit sur le Nil que nous appelons Abai et qui contribue à 70% des eaux du Nil. Plus de 65% de notre population n’a pas d’électricité. C’est un barrage hydroélectrique qui n’est pas construit pour retenir l’eau, mais pour produire l’électricité dont nous avons besoin pour notre développement », a expliqué Sahle-Work Zewde.

Dans le même temps, le chef de la délégation du Congrès américain, le sénateur Christopher Coons profitait de sa visite à Khartoum pour annoncer un rapprochement des positions entre L’Éthiopie et le Soudan : « C’est une question qui doit être résolue entre les parties de bonne foi, pacifiquement, par des négociations. L’Éthiopie a certainement le droit de construire un barrage et de gérer les avantages de l’énergie hydroélectrique, mais le Soudan a également le droit d’attendre le partage approprié d’informations techniques sur le débit, sur la sécurité. Et il devrait y avoir un cadre, un accord réalisé entre ces trois pays dont les ressources dépendent du Nil. »

L’Égypte et le Soudan souhaitaient qu’un accord trilatéral sur l’exploitation du barrage soit conclu avant le début du remplissage du réservoir. Mais l’Éthiopie affirme que le remplissage fait partie intégrante de la construction du barrage et qu’il est donc impossible de le reporter. ACP/Fng/Ngz/GGK/MNI