Plaidoyer pour la prise en compte de l’ordre des sages-femmes

0
126

Kinshasa, 06 mai 2021(ACP).- Mme Brigitte Tshituka, cheffe de service sage-femme de la maternité de l’hôpital général de Kitambo,  a appelé, jeudi au cours d’un entretien avec l’ACP, les décideurs congolais à œuvrer pour la facilitation de la mise en place d’un ordre des sages-femmes en vue de permettre aux prestataires de ce secteur d’être reconnues officiellement par l’état congolais.

Mme Tshituka qui s’exprimait en marge de la journée mondiale des sages-femmes célébrée le 05 mai de chaque année a dit : « Nous travaillons pour sauver des vies, mais nous ne sommes pas reconnues officiellement. Si le gouvernement peut nous reconnaître, en donnant le numéro d’ordre des sages-femmes », avant de déplorer l’absence d’un nombre important de matériels dans son service sollicitant un appui logistique de l’exécutif national pour la prise en charge des femmes enceintes.

« Une femme ne peut pas mourir en donnant la vie et un enfant aussi ne peut pas mourir en venant au monde. Nous manquons les consommables, la table chauffante et le monitoring pour suivre les femmes. Nous demandons au gouvernement de nous aider et de nous appuyer pour tout ce dont on a besoin », a-t-elle souligné.

Il sied de noter que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a désigné 2021 comme « Année internationale des personnels de santé et d’aide à la personne ». Le thème de l’édition de la journée mondiale des sages-femmes de cette année : « Les chiffres parlent d’eux-mêmes : investissez dans les sages-femmes », s’inscrit dans le cadre des préparatifs à la publication du rapport 2021 sur l’état de la pratique de sage-femme dans le monde. ACP/Fng/Ngz/GGK/MNI