Plaidoyer pour la réhabilitation de l’Office national du café

0
174

Kinshasa, 06 mai 2021(ACP).- Les agents et cadres de l’Office national du café (ONC), à travers leur président syndical Martin Kabu, ont lancé, jeudi dans une déclaration devant la presse, un appel au gouvernement pour la réhabilitation de leur entreprise.

 Ils estiment que cette entreprise jadis fleuron de l’économie nationale et qui contribuait, de manière significative, au budget de l’Etat, est devenue l’ombre d’elle-même et a besoin d’un appui financier conséquent dans le cadre de la loi financière de chaque exercice budgétaire,  pour lui permettre  de jouer pleinement son rôle d’institution publique à caractère scientifique et technique qui œuvre pour la promotion de la culture du café, de son traitement et de sa commercialisation.

Ils déplorent le fait qu’actuellement l’ONC ne vit que de la vente du café torréfié acheté auprès des particuliers, ainsi que du produit de  location de son patrimoine immobilier.

En 2019, rappellent les agents et cadres de l’ONC, un plan de redressement de cette entreprise prévoyait d’accroitre la production à 120.000 (cent vingt mille) tonnes de café à l’horizon 2020, alors qu’elle avait baissé à près de 10.000 (dix mille) tonnes depuis 2015, avec l’appui des ONG, des privés, des bailleurs et du ministère de tutelle.

L’ONC se plaint également de la fraude à la frontière avec l’Ouganda et le Rwanda pour contourner la surtaxe dans ce secteur, pratiquée en République démocratique du Congo (RDC).

«Selon le ministère de l’Agriculture, le café rapportait à l’économie congolaise près de 15% des revenus d’exportation, soit environ 250.000.000 (deux cent cinquante millions) USD. Et à l’époque, la production de café représentait plus de 60% de recettes d’exportation des produits agricoles», souligne la déclaration.

Pour rappel, le désintéressement de l’Etat, l’abandon des plantations de café pour d’autres filières plus lucratives, le vieillissement des caféiers et le manque d’entretien ainsi que les couts élevés des transactions par rapport aux pays voisins, sont parmi les causes à la base de la baisse de production dans les provinces productrices du café en RDC, rappelle-t-on. ACP/Fng/Ngz /GGK/MNI