Le message de l’Evêque d’Inongo apprécié par la population de Mai- Ndombe

0
193

Inongo, 09 mai 2021 (ACP).- Le message de paix, d’unité, de réconciliation, de conscientisation et d’amour du travail de l’évêque du diocèse d’Inongo, Mgr Donatien Bafuidinsoni Maloko-Mana, adressé à la population et particulièrement aux hommes politiques et animateurs des institutions provinciales, a été apprécié et bien accueilli par toute l’opinion de la province du Mai- Ndombe.

Au cours de cette adresse radiodiffusée et lue notamment à l’homélie de dimanche, l’Evêque du diocèse d’Inongo a condamné le climat de tension et de division qui s’observe depuis un certain temps au chef-lieu de Mai-Ndombe, alimenté par certains acteurs politiques ‘’en quête de positionnement, de popularité  et d’ambitions démesurées’’.

’ Face à cette situation qui peut exploser à tout moment et devenir incontrôlable’’, il a tiré la sonnette d’alarme en interpelant les fils et les filles du Mai-Ndombe, chacun à son niveau de responsabilité, à un changement profond dans la manière ‘’de vouloir, de servir et de gérer la province, au-delà des discours de prétentions des uns et des autres’’.

Il a exhorté la population à ne pas céder aux discours démagogiques et populistes avant d’inviter les acteurs politiques à ne pas instrumentaliser la jeunesse par des fausses promesses, et les animateurs des institutions à travailler dans la cohésion pour la réalisation d’un projet d’ensemble de développement pour l’intérêt majeur de la province.

Le prélat d’Inongo a émis le vœu de voir les médias travailler dans le respect de la déontologie, et ceux qui utilisent les réseaux sociaux de ne pas distiller la haine fratricide entre les enfants de la province, avant de recommander aux services de sécurité de travailler dans la neutralité et le strict respect de la loi.

Mgr Bafuidinsoni a, en outre, sollicité un audit urgent et sans complaisance de la gestion des ressources locales et des fonds alloués à la province par les instances nationales pour que le respect des lois et biens communs servent à bâtir réellement un état de droit. ACP/May