L’aménagement intégré du bassin de la rivière Semliki, une option pour le retour de la paix à l’Est de la RDC

0
266

Kinshasa, 10 mai 2021 (ACP).- Le chercheur José Mulenda,  président du Comité de soutien et de plaidoyer pour la région des Grands Lacs africains (CSP-REGLA), a restitué les récents travaux de son organisme et la Compagnie nationale du Rhône (CNR), à Lyon, en France, dans un document, dont une copie a été reçue, lundi, à l’ACP. Il ressort de cette rencontre d’échanges entre les deux parties que la CNR, concessionnaire du Rhône depuis plus de 85 ans et ayant une grande expérience à l’international sur des projets de gestion intégrée et d’aménagement des bassins, envisage de devenir le partenaire technique et financier de CSP-REGLA et de la RDC pour aménager la rivière Semliki, aux fins de navigation, production agricole et hydroélectricité.

A ce sujet, une délégation gouvernementale congolaise est invitée au mois de juin 2021 en France pour apprécier les capacités de la CNR à réaliser les travaux du genre.

Lors de la rencontre de Lyon, l’aménagement intégré du bassin de la rivière Semliki à l’Est de la RDC figurait au menu des échanges, indique le document, qui souligne que depuis 2010, le président de CSP-REGLA, un artisan de la paix pour cette région en proie à la violence et aux conflits armés, ne ménage aucun effort pour dire à la face du monde que la paix et le développement sont réalisables à l’Est de la RDC.

La configuration particulière du rift africain, parsemé des lacs et doté de la faune et de la flore d’exception, ultra riche en eau, en hydrocarbure et en minerais, et pour lequel la balance commerciale est excédentaire, mais paradoxalement, sa population entrainée dans un conflit larvé, croupit dans une misère impitoyable, ne cesse, en effet, de préoccuper les personnes éprises de paix et de justice.

Renverser l’intensité des conflits par une incitation économique majeure

Entretenu depuis plus de 20 ans, ce conflit artificiel a forgé l’idée du chercheur Mulenda,  de renverser l’intensité des conflits par une incitation économique majeure : connecter les lacs frontaliers à l’Est de la RDC dont les ¾ sont reliés par des rivières, à travers le Canal frontalier du rift africain navigable, (CFRAN), de manière à changer radicalement le visage de cette région meurtrie, en visage de paix.

Il s’agit d’un plan de redressement économique ambitieux dénommé « Sula ya Amani » ou le « Visage de la paix », qui consiste à relier les Lacs Victoria – Albert – Edouard – Kivu – Tanganyika à l’océan Indien par étapes successives pour développer la solidarité et la coexistence pacifique des Etats, améliorer le commerce entre les pays, valoriser les richesses naturelles et le tourisme.

Les différents colloques et conférences en faveur de la région des Grands Lacs africains organisés par José Mulenda, par  le biais de son projet « Sula ya Amani », trouvent un écho favorable auprès de la CNR qui consent d’appuyer le CSP-REGLA en termes de méthode pour aménager la rivière Semliki, première phase d’exécution du projet « Sula ya Amani ».  La CNR réfléchit sur les leviers financiers pouvant permettre, d’une part, les études de faisabilité et, d’autre part, de connecter les acteurs financiers potentiels. Il prévoit de faire des recommandations et de mettre CSP-REGLA en contact avec ses partenaires; signer un protocole d’accord, recevoir une délégation gouvernementale congolaise de haut niveau pour tracer le cadre du travail, etc. ACP/Fng/nig