Bilan des affrontements de deux factions musulmanes à Kinshasa : 1 mort et plusieurs blessés

0
460

Kinshasa, 13 mai, 2021(ACP).- Un policier tué, 49 blessés, 34 civils interpellés ainsi que des dégâts matériels importants, tel est le bilan fourni par le commissaire divisionnaire adjoint de  la Police nationale congolaise (PNC) de la ville de Kinshasa, Sylvano Kasongo, à la suite des affrontements, jeudi, entre les fidèles de deux factions de la Communauté islamique du Congo (COMICO), au stade des Martyrs, dans la commune de Kinshasa, lors de la prière de clôture de la fête du Ramadan, «l’Aid el-Fitr ».

S’agissant des dégâts matériels, a-t-il indiqué, ses services ont dénombré onze véhicules de la police endommagés, huit autres appartenant à des civils ont été incendiés,  ajoutant que certains responsables de deux ailes belligérantes ont été également appréhendés.

Tout en exprimant son indignation face au comportement incivique affiché par ces manifestants, le commissaire provincial de la ville de Kinshasa a signalé qu’une procédure judiciaire sera enclenchée, dès vendredi, à l’encontre des auteurs, afin qu’ils répondent de leurs actes  et subissent la rigueur de la loi.

En dépit de nombreuses pertes, le dispositif policier déployé à l’intérieur du stade et ses environs a pu barrer la route aux manifestants et a permis de rétablir le  calme dans cette partie de la capitale, où la circulation routière avait été perturbée suite à ces altercations.

Il en est de même de quelques tentatives de démolition des résidences de certaines personnalités musulmanes qui ont été empêchées par les agents de l’ordre, dont celle du cheik Abdallah Mangala.

Réconciliation entre les deux ailes de l’Islam/RDC

Par ailleurs, à la veille de la manifestation, les autorités religieuses de  deux camps adverses de l’Islam établies en RDC s’étaient accordées sous la médiation du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, de célébrer ensemble la  clôture du Ramadan à travers la traditionnelle rencontre consacrant la fin de cette période de prière et dont ils avaient également reçu l’autorisation d’organiser au stade des Martyrs  de la Pentecôte.

D’après l’imam Cheik Abdallah Mangala dit Jean Claude Sady, secrétaire général adjoint de la COMICO, les deux  ailes avaient décidé, par souci de ne pas pécher devant Allah, d’aplanir leurs divergences afin de célébrer dans la communion cette fête qui intervient après 30 jours de jeûne.

Pour sa part, l’imam Cheik Youssouf  Djibondo connu sous le  nom de l’imam Djuma Twaha, secrétaire général de la COMICO,  avait  affirmé, devant l’autorité urbaine,  avoir enterré la hache de la guerre, soutenant que « demain tous les deux groupes seront un pour la gloire d’Allah ».

Le ministre provincial de l’Intérieur et sécurité, Sam Leka Sampie, et  le  commissaire provincial  de la police  de la ville de Kinshasa, le général Sylvano Kasongo étaient présents à cette réunion.

Il y a lieu de signaler que le gouverneur de la ville de Kinshasa avait pris acte, en date du 22 avril dernier,  de la requête sollicitant la tenue de cette manifestation au stade des Martyrs. ACP/May