Israël pilonne la bande de Gaza, plus de 100 morts

0
223

Kinshasa, 14 mai 2021 (ACP). Israël a pilonné vendredi, la bande de Gaza avec des frappes aériennes et des tirs d’artillerie dans cette enclave palestinienne densément peuplée, où l’escalade militaire en cours depuis lundi avec les islamistes du Hamas au pouvoir a fait plus de 100 morts, ont rapporté vendredi, les médias internationaux.

L’armée israélienne a multiplié les bombardements «pour infliger des dommages sévères aux tunnels» qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas, qui a tiré des centaines de roquettes vers Israël, de circuler à travers la bande de Gaza à l’abri des caméras de l’Etat hébreu, voire de traverser côté israélien pour tenter par exemple d’y prendre des otages, a-t-elle indiqué.

Les frappes ont continué dans la matinée vendredi, l’aviation ayant notamment ciblé «une brigade terroriste» prête à tirer des roquettes vers Israël, selon l’armée.

Depuis le début lundi de ce nouveau cycle de violences, 119 Palestiniens, parmi lesquels 31 enfants, ont été tués dans la bande de Gaza, et 830 personnes ont été blessées, selon les autorités locales.

En Israël, où le bouclier antimissile «Dôme de fer» a intercepté environ 90% des quelque 1800 roquettes tirées cette semaine, le bilan est passé à neuf morts et des centaines de blessés.

Bombardement d’un système de tunnels dans la bande de Gaza

L’armée israélienne a déclaré avoir bombardé un système de tunnels de l’organisation islamiste Hamas dans la bande de Gaza lors d’une attaque complexe. Cela a impliqué 160 «véhicules aériens», a déclaré, vendredi matin, le porte-parole de l’armée, Jonathan Conricus. Ils ont reçu un soutien du côté israélien, notamment des chars. Leur mission a duré environ 40 minutes.

La cible était un système de tunnel du Hamas dans la zone côtière. Il s’appelle «Metro», dit Conricus. C’est une sorte de «ville sous la ville». Le Hamas a investi des années dans la construction du système de tunnel, a-t-il dit. Le degré de destruction n’est pas encore clair, a-t-il dit. En appui, des chars, entre autres, ont tiré du côté israélien sur des cibles dans la bande de Gaza. Conricus a souligné qu’aucun soldat israélien n’était entré dans la bande de Gaza.

La télévision israélienne avait auparavant fait état d’attaques massives de l’armée de l’air, de l’artillerie et des chars sur la bande côtière. L’armée a déclaré dans la nuit: «Les forces aériennes et terrestres attaquent actuellement dans la bande de Gaza.» Par la suite, des rapports ont fait état d’une avancée des forces terrestres dans la bande de Gaza. Le porte-parole de l’armée s’est excusé pour cette erreur de communication.

Selon le ministère de la santé à Gaza, 109 personnes ont été tuées et 621 autres blessées depuis le début de l’escalade du conflit. L’armée a déclaré que huit personnes ont été tuées jusqu’à présent en Israël à la suite de bombardements.

Les tirs du Hamas sont des «attaques terroristes», estime le gouvernement  allemand 

Les tirs de roquettes vers Israël par les islamistes du Hamas sont des «attaques terroristes», a estimé vendredi le porte-parole du gouvernement allemand.

«Il s’agit d’attaques terroristes qui n’ont qu’un seul but: tuer des gens sans distinction et de façon arbitraire et répandre la peur», a dénoncé lors d’une conférence de presse Steffen Seibert, ajoutant que le gouvernement d’Angela Merkel défendait «le droit d’Israël à la légitime défense contre ces attaques».

L’Afrique inquiète de la situation au Proche-Orient

Le continent africain s’inquiète de l’escalade au Proche-Orient entre israéliens et palestiniens, ont rapporté vendredi, les médias internationaux.

A l’occasion des célébrations du Korité et de l’Ascension, selon ces médias, le président sénégalais, Macky Sall s’est exprimé sur le sujet à la télévision nationale : »C’est le lieu de prier pour la paix dans le monde, la paix en Palestine et en Israël, et nous profitons de l’occasion pour lancer un appel pour une désescalade, afin que la paix revienne et que les discussions saines et sereines puissent être engagées entre ces deux communautés dans le respect du droit international. »

A Nairobi, ajoutent  ces médias, la plus grande ville et la capitale du Kenya des centaines de personnes se sont rassemblées pour dire leur soutien au peuple palestinien. La manifestation s’est achevée dans la confusion, la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

En Libye, des fidèles musulmans se sont rassemblés sur la place des Martyrs de Tripoli lors des festivités de la fin du ramadan. Une prière a été donnée pour le peuple palestinien et un message de soutien envoyé à l’ensemble de la planète. ACP/Fng/CKM