Le ministre de l’Economie nationale engagé à favoriser l’émergence d’une classe moyenne en RDC

0
203

Kinshasa, 14 mai 2021 (ACP).- Le ministre de l’Economie nationale, Jean-Marie Kalumba a promis jeudi, de jouer son rôle de plaidoyer auprès du gouvernement, en vue de la promotion de l’entreprenariat congolais susceptible de créer une véritable classe moyenne, a appris vendredi l’ACP audit ministère.

Le ministre  Jean-Marie Kalumba qui l’a fait savoir au cours d’un échange ,  dans son cabinet de travail,  avec une délégation des responsables de la Coopérative des Petites et Moyennes Entreprises du Congo (COPEMECO) et de la Fédération Nationale des Artisans, Petites et Moyennes Entreprises du Congo (FENAPEC), a également promis  de maintenir et renforcer  la collaboration avec les corporations de Petites et moyennes entreprises.

« Nous allons jouer notre rôle de plaidoyer auprès du gouvernement, en vue de la promotion de l’entreprenariat congolais susceptible de créer une véritable classe moyenne. J’attends de vous de l’innovation,  plus de compétitivité, de la  transparence ainsi qu’un comportement ethnique, s’agissant de l’échange d’informations et du respect de la législation économique en vigueur », a-t-il dit, aux opérateurs du secteur de Petites et moyennes entreprises.

Selon la source, l’objectif de la rencontre était d’échanger sur les modalités de collaboration, en vue d’un partenariat efficient.

Ces échanges ont tourné essentiellement sur le programme du gouvernement, des priorités du ministère pour ses 100 premiers jours et des attentes du ministère ainsi que sur les modalités de collaboration.

Le ministre de l’Economie, souligne la même source, s’est également penché notamment sur la problématique de l’exercice du petit commerce réservé exclusivement aux nationaux en RDC.

«  Le ministère mettra tout en œuvre pour s’assurer de l’application du décret N°011/37 du 11 octobre 2011 portant mesures conservatoires en matière d’exercice du petit commerce et du commerce de détail et de l’arrêté N°020 CAB/MIN.ECO&COM/2012 du 18 septembre 2012, portant mesures d’exécution de cette dernière, garantissant l’exclusivité du petit commerce aux seuls nationaux, en vue de créer une classe moyenne », a précisé  le ministre.

Dans  sa feuille de route, le ministre Kalumba s’est dit déterminé à assurer la rationalisation des structures des prix des produits locaux de base, des biens de consommation courante importés et les prestations des services.

«  Pour y arriver, le ministère veillera au strict respect du principe du juste prix dans la tarification des biens et services sur le marché », a-t-il affirmé.

Le ministre de l’Economie nationale s’est aussi engagé à assurer la protection des consommateurs, avant de promettre de veiller à l’applicabilité de toutes les dispositions légales en matière de protection des consommateurs en RDC.

Plaidoyer contre la concurrence déloyale

Pour leur part, les responsables de COPEMECO et FENAPEC ont plaidé notamment pour mettre fin à la concurrence déloyale dont ils sont souvent victimes, avant de demander au ministre de l’Economie nationale de  veiller au respect des lois qui protègent leur secteur.

La délégation des opérateurs des  PME était conduite  par Jean-Pierre Mbuku et André Dodo Balu, respectivement président de la FENAPECO et président du conseil d’administration de la COPEMECO.

Le ministre de l’économie nationale  a aussi échangé, le même jour, avec les opérateurs du secteur manufacturier, précisément ceux œuvrant dans le domaine de la cimenterie.

Il était question d’échanger sur les voies et moyens de préserver l’industrie locale et par ricochet, l’essor de l’économie nationale.

Les cimentiers ont présenté quelques préoccupations à Jean-Marie Kalumba, notamment le problème de la concurrence déloyale des produits importés et des difficultés d’acheminement du ciment en province. Cette dernière difficulté est à la base du prix exorbitant du ciment dans les provinces éloignées de Kinshasa et du Kongo Central, signale-t-on.

ACP/