Haut-Uélé : le ministre provincial de l’Agriculture Raphaël Marie Masoki déterminé à créer des champs semenciers

0
414

Isiro 16 mai 2021(ACP).- Le Ministre Provincial de l’agriculture, pêche, élevage environnement et développement durable, Raphaël Marie Masoki Atambana, vient de regagner Isiro chef-lieu de sa province au terme d’un séjour  d’environ une semaine à Kisangani dans la province sœur de la Tshopo.

Se confiant samedi 15 mai 2021 à la presse, à l’occasion de son arrivée, Raphaël Marie Masoki, ministre provincial de l’agriculture, a indiqué que sa mission officielle, à Kisangani, lui   a permis de prendre contact avec les potentiels fournisseurs des semences de cette province voisine.

Le patron de l’agriculture dans le Haut-Uélé,  a fait savoir que le Haut-Uélé est à vocation pastorale agricole mais aussi minière.

 »Dans la droite ligne de la vision du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, le gouverneur de Province Christophe Baseane Nangaa, a estimé qu’il fallait  accompagner la vision du Président de la République qui consiste à tout rendre compte pour réaliser le bien être du  peuple congolais, ce qui justifie le slogan  »les peuple d’abord ».

 »C’est dans ce cadre que nous nous sommes rendus à Kisangani dans la province de la Tshopo sur instruction du gouverneur de Province,  prendre des  contacts non seulement avec l’Institut Facultaire Agronomique IFA Yangambi; mais aussi avec l’Institut National des Etudes et des  Recherches Agronomique INERA et autres », a lâché le ministre Raphaël Marie Masoki.

Et de continuer :  »Ce qu’il faut retenir  de notre démarche entreprise, dans cette mission,  est que chaque institution va pouvoir désormais nous envoyer chacune en ce qui le concerne, les  répertoires de types des cultures. Il s’agit  des produits près germé, les plantules, les grains et autres pour différentes spéculations, notamment des cultures marchères , vivrières, pérennes ou  de rente et aussi le  culture fruitière accompagnée des indications qui va nous permettre de savoir  quelle quantité de semences par hectare peut-on utiliser, ce que ça va coûter par hectare et à quelle période  nous pouvons disposer des ces différents type de semence », a déclaré Raphaël Marie Masoki.

Pour se faire,  chaque semence sera accompagné d’une note technique pour indiquer comment les semences doivent être utilisés, a souligné le ministre.

Il a ajouté que les services techniques, notamment SENACEM Haut-Uélé, l’Inspection de l’agriculture, le cabinet du Gouverneur,  vont se mettre ensemble pour élaborer l’état de besoin de la province, sur quelle base la province va passer la première commande en vue de  créer les champs semenciers dans différents territoires du Haut-Uélé  dans le souci de redistribuer les semences dans des communautés pour la relance de l’agriculture, comme le veut le gouverneur Christophe Baseane Nangaa, afin que le Haut-Uélé soit une province qui produit.

Haut-Uele : En marge du mois Marial, FHAM offre 500 chapelets aux mamans légionnaires de l’église Kizito. ACP/CL/ May