Inhumation samedi à Kinshasa du leader culturel autochtone Emmanuel Bola

0
429

Kinshasa, 16 mai 2021 (ACP).-  Le leader culturel des Twa, Bambuti, Bambenga et Balumbe, Babuluku Pygmées, Emmanuel Bola a été conduite en sa dernière demeure samedi au cimetière Nouvelle Cité de Kinkole, dans la commune de la Nsele.

Emmanuel Bola Bobonda, originaire du territoire de Bikoro  dans la province de l’Equateur  était le president   et Fondateur de l’ONGD Union pour le développement des minorités Ekonda qu’il créa en 1989, avant d’être l’initiateur du Festival international  des polyphonies pygmées.

Homme de paix et engagée pour l’intérêt général des autochtones, il a suivi plusieurs formations et a pris part à plusieurs ateliers  dans le cadre de droits de l’homme et de l’environnement.

Auparavant, après s’être installé à Kinshasa, il avait rejoint le groupe musical traditionnel  Bobongo dont il fut le président et qu’il avait conduit dans un périple en Europe et en Amérique où il avait défendu la culture des peuples autochtone en particulier et  reçu le trophée en qualité de l’ambassadeur de la musique  traditionnelle congolaise.

Selon les témoignages recueillis par l’ACP auprès de ceux qui l’ont côtoyé et vécu avec lui, lors des cérémonies funéraires à  l’hôpital  sino – congolais de N’Djili où la dépouille de l’illustre disparu était exposée, Emmanuel Bola Bobonda était un homme courageux, honnête, obéissant, intègre  et respectueux de ses engagements vis-à-vis des tiers.

Le coordonnateur de la Dynamique des peuples autochtones (DGPA), Patrick Saidia , a dans son mot  de circonstance, regretté le départ précipité dans l’au-delà d’Emmanuel Bola Bobonda avec lequel les peuples autochtones de la RDC s’étaient engagés dans un long processus de l’adoption de loi portant protection et promotion de ces peuples qui à ce jour,  se trouve en examen au Sénat avant sa promulgation par un décret du Président de la République.

Qu’à cela ne tienne, a-t-il dit, l’héritage laissé par cet homme, affectueusement surnommé  «Ministre de la Culture», sera  perpétué en vue de lui rendre hommage digne  pour avoir porté haut l’étendard de la culture congolaise notamment le Bokonda,  hors des frontières de la RDC.

Un collaborateur toujours à l’écoute  des messages relatifs à la conservation de la biodiversité, selon WWF- RDC

Dans sa lettre des condoléances adressées au Réseau des peuples des populations autochtone et locales pour la gestion durable des écosystèmes forestiers de la RDC (REPALEF), le directeur national du Fonds mondial pour la conservation de la nature (WWF- RDC), Martin Kabaluapa,  a témoigné que Emmanuel Bola Bobonda était un collaborateur apprécié, intègre et toujours à l’écoute  des messages  relatifs à la conservation de la biodiversité.

Le personnel de WWF, a- t- il ajouté, qui a eu le plaisir de travailler avec l’illustre disparu gardera un souvenir impérissable, enthousiaste et dynamique.

Un représentant des chefs traditionnels présents à ces obsèques a indiqué qu’Emmanuel Bola Bobonda a milité à travers son art  pour l’émancipation de l’homme congolais, sans aucune discrimination, notant qu’il était un homme de bien, qui était en bon terme aussi bien avec les autochtones que les membres d’autres communautés notamment les chefs coutumiers qu’il a indistinctement égayé au travers de ses nombreux ballets traditionnels. ACP/CL/May