Nord Kivu : Les FARDC annoncent l’arrestation de 60 collaborateurs civils et militaires des ADF à Beni

0
1780

Beni, 18 mai 2021(ACP).- Les Forces armées de la République Démocratique du Congo ont établi, lundi 17 mai,  un bilan de 60 arrestations des collaborateurs militaires et civils des rebelles ADF dans la région de Beni depuis que l’état de siège a été prôné au Nord Kivu et à Ituri par le Chef de l’Etat Felix Antoine Tsisekedi.

Selon le porte-parole des Opérations Sukola I, le lieutenant Antony Mwaluchay qui s’est livré à la presse locale, depuis que l’état de siège a été décrété au Nord Kivu, les FARDC ont mis farouchement la main sur 8 armes ak47, 22 ADF neutralisés et  60 collaborateurs civils et militaires arrêtés depuis le début de l’état de siège, dont des officiers militaires qui venaient de percevoir l’argent des ADF pour assassiner les officiers haut gradés engagés sur la ligne de front contre leurs patrons.

Les FARDC restent vigoureusement engagées sur toute la ligne de front contre les ADF et tous les autres groupes armés versatiles à la force loyale, vu la montée en puissance des offensives qui les conduisent de victoire en victoire sur le terrain pour défendre l’intégralité territoriale grâce aux efforts conjugués du chef de l’état à travers l’état de siège.

«  Les FARDC sont bien déterminés à mettre fin à toute l’aventure des rébellions à Beni et même les fractions des Mai Mai actuellement accusés de graves violations des droits humains, en rançonnant des populations en territoire de Lubero »,  a insisté d’un ton déterminé Antony Mwaluchay.

Tout en félicitant l’accompagnement civil et militaire dans cette victoire sur l’ennemi, le porte parole reconnaît que l’éradication des ADF et d’autres groupes armés actifs dans la région de Beni est attribuée aux citoyens Congolais pour sa solidarité sans relâche avec les FARDC et l’encourage à dénoncer sans relâche touts les mouvements suspects pour permettre aux nouvelles autorités mises en place par l’état de siège d’en finir une fois pour toute avec ces groupes rebelles. 

Les FARDC dédient la journée du 17 mai aux journalistes de Beni engagés sur la ligne de front

Par ailleurs, les forces armées de la République Démocratique du Congo ont dédié la journée du 17 mai aux journalistes de Beni engagés sur tous les fronts dans leur accompagnement dans la lutte contre les ADF depuis le lancement des opérations à Beni.

Le porte-parole des Opérations Sukola I, le Lieutenant Antony Mualushay, l’a dit aux professionnels des médias de Beni en marge de la commémoration de la journée nationale de la révolution et des FARDC célébrée le 17 mai de chaque année.

Selon lui, les FARDC reconnaissent l’engagement patriotique de journalistes de Beni qui vont jusqu’à la ligne de front pour récolter les données et se rendre compte des résultats réalisés sur terrain par l’armée loyale.

« Nous saluons la mémoire des tous les journalistes qui sont tombés et ceux blessés sur la ligne de front. Ils sont morts pour la patrie. Nous ne les oublierons jamais », a reconnu le lieutenant Antony Mualushay.

Pour rappel, depuis le début des opérations de traque contre les ADF, deux journalistes de la zone d’opérations ont déjà trouvé la mort, dont parmi eux, un d’Oïcha en plus de celui de la localité de Biakato. Un autre de la commune Bulongo récemment kidnappé, reste porté disparu. Plusieurs sont ceux qui vivent dans la clandestinité par crainte des menaces de mort leur proférées par les ADF et autres miliciens Mai Mai.

Le président de l’Union nationale de la presse congolaise, UNPC/section Beni, Kafia-Mali Mulonda qui déplore les menaces dont sont victimes les journalistes œuvrant dans cette région, a sollicité auprès du gouvernement, des dispositions particulières pour la protection des journalistes couvrant dans la zone opérationnelle, surtout en cette période spéciale de l’état de siège. ACP/ZNG/KJI/Thd