La crise politique dans la province de la Tshopo examinée au ministère de l’Intérieur

0
466

Kinshasa, 19 mai 2021 (ACP).- Le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, Me Daniel Aselo Okito Wankoyi a échangé, mercredi, en son cabinet de travail dans la commune de la Gombe, avec les députés provinciaux de la province de la Tshopo, sur la crise politique persistance dans cette province.

Consécutivement aux recommandations issues du conseil des ministres du 7 mai dernier, le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur a examiné avec cette délégation des élus provinciaux conduite par le président de l’Assemblée provinciale de la Tshopo, Gilbert Bolumbu en vue de la recherche des voies et moyens de mettre un terme à la crise qui a tant durée, des institutions de cette province.

Le président Gilbert Bolumbu a informé le vice-Premier ministre Daniel Aselo Okito que depuis le 15 mai dernier, une motion de censure a été votée contre le gouvernement provincial par la majorité de députés provinciaux, soit 17 sur 28 députés que compte l’Assemblée provinciale de la Tshopo, et ce,  conformément à plusieurs dispositions légales notamment, l’article 147 de la constitution, ainsi que les articles 42 et 209 de la loi sur la libre administration des provinces.

«En s’appesantissant sur l’article 160 de la loi électorale qui stipule que : lorsque l’Assemblée provinciale vote une motion de censure contre le gouvernement provincial, ce gouvernement est réputé démissionnaire par conséquent, le gouverneur présente dans les 24h00 auprès du Président de la République sa démission, faute de le faire, la démission est d’office», a-t-il déclaré.

Par conséquent, a poursuivi le président Gilbert Bulombu, vu ces dispositions légales, le gouverneur déchu ne veut pas se considérer comme tel en obéissant la loi, d’où un arbitrage du patron de la territoriale s’impose pour mettre fin à cette crise qui rétrograde la bonne marche de la province de la Tshopo.

Le  vice-Premier ministre, Daniel Aselo Okito, s’est montré attentif à leurs revendications, avant de leur afficher sa détermination de mettre fin à l’instabilité pas seulement à Tshopo mais aussi au sommet des certaines institutions provinciales caractérisées par la déchéance de certains gouverneurs de provinces et des conflits permanents entre les gouverneurs et les Assemblées provinciales.

Face à ces préoccupations, le vice-Premier ministre en légaliste a dit s’appuyer sur toutes les dispositions légales y afférentes, pour faire respecter la loi dans cette province en attendant l’arrêt de la Cour constitutionnelle déjà saisie par le gouverneur déchu de la Tshopo, Wale Lufungula.

Il a en outre, encouragé le gouverneur Wale Lufungula à aller jusqu’au bout de sa démarche judiciaire.

Par ailleurs, au nom de la continuité de l’État et en attendant l’arrêt de la Cour, le vice-Premier ministre, Daniel Aselo, va nommer dans un bref délai un gouverneur intérimaire qui va assumer les affaires courantes avant une éventuelle organisation des élections.