Le Président Félix Tshisekedi pour la production du vaccin sur le continent africain

0
643

Kinshasa, 19 mai 2021 (ACP).- Le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a estimé nécessaire que le vaccin soit aussi produit sur le continent africain pour rassurer les populations, dans son intervention au cours d’un point de presse organisé à la clôture du sommet de Paris sur le financement des économies africaines, aux côtés notamment du Président français Emmanuel Macron et sénégalais Macky Sall.

Tout en reconnaissant que les populations sont peu mobilisées au sujet de la vaccination,  le Président Félix Tshisekedi a fait savoir que cela est aussi dû au fait que les vaccins viennent d’ailleurs.

«Il est nécessaire de viser la production de vaccin en Afrique. Je crois que ça aura un impact assez important sur l’attitude des populations, évidemment les retombés économiques aussi qui s’en suivront», a martelé Félix Tshisekedi, ajoutant : « C’est vrai qu’il y a quelques inquiétudes, je dois vous l’avouer en tant qu’Africain et surtout Président de la République démocratique du Congo, qu’il n’y a pas assez de mobilisation de ce côté là de la part de nos populations. C’est une certaine inquiétude qui est due au fait à mon sens, que le vaccin vient d’ailleurs« , a déclaré le président Tshisekedi.

Le Président de la République démocratique du Congo a en outre, mis un accent particulier sur l’accès au droit de propriété intellectuelle.

Pour lui,  il est important que les pays africains obtiennent ce droit, pour avoir la possibilité de fabriquer le vaccin contre la Covid-19.

«L’Afrique fait figure de continent relativement épargné sur le plan sanitaire, avec 130.000 morts du Covid-19, selon les chiffres officiels, sur un total mondial de près de 3,4 millions. Mais elle paye un très lourd tribut économique et social, faute d’avoir pu, comme les pays les plus riches, lancer de pharaoniques plans de relance», a-t-il dit.

100 milliards USD, premier résultat   du   » New Deal » entre l’Afrique et ses partenaires  traditionnels

Le Président Félix Tshisekedi a salué la mobilisation de 100 milliards USD pour aider les économies africaines, tout en reconnaissant que cet objectif serait clairement insuffisant.

Pour le Président sénégalais, Macky Sall, cet objectif fixe «un nouveau départ, un nouvel accord pour l’Afrique».

«Tous les problèmes ne trouveront pas de solution en un jour, mais il s’agit d’un changement  de paradigme», a précisé le Président Macron qui a rappelé  que  les besoins en financement  pour l’Afrique  de 2021 à  2025 sont estimés  à  385 milliards USD.

Au-delà des contributions financières, il a également été question de la levée des brevets pour permettre à l’Afrique de produire ses propres vaccins.

«Nous soutenons les transferts de technologie et un travail qui a été demandé à l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation mondiale du commerce et aux Médecines Patent Pool (appuyé par l’ONU) de lever toutes les contraintes en termes de propriété intellectuelle qui bloquent la production de quelque type de vaccins que ce soit»,  a déclaré le Président français, Emmanuel Macron.

Il défend par ailleurs «l’idée que les pays aisés puissent réallouer leurs DTS (réserves du FMI) pour qu’ils aillent vers les pays pauvres, en particulier l’Afrique, pour que les 33 milliards d’aujourd’hui deviennent 100 milliards».

Emmanuel Macron a, néanmoins, mis en garde sur le fait qu’une partie des fonds, devra être affectée à la lutte contre le terrorisme qui touche toujours le Sahel.

Il a estimé qu’outre la pandémie, une «charge de sécurité repose sur l’Afrique» et qu’il est «impérieux d’actualiser les règles financières en prenant en compte cette problématique majeure».

Ce sommet a connu la participation d’une vingtaine de Chefs d’Etat africains et des dirigeants européens.

Plusieurs organisations ont par ailleurs été représentées par leurs directeurs, comme le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque mondiale, ou encore la Banque africaine de développement (BAD). ACP/Fng/ODM /KJI