Plaidoyer pour l’insertion de l’écriture Afrika comme patrimoine culturel mondial de l’UNESCO

0
422

Kinshasa, 20 mai 2021 (ACP).- Le Réseau des défenseurs de droits culturels (REDEC), une branche de la plateforme Société civile nationaliste du Congo (SCNC), plaide pour l’insertion de l’écriture Afrika comme patrimoine culturel mondial de l’UNESCO, a annoncé, vendredi, M. David Mboko, l’inventeur de ladite écriture, lors d’un entretien avec l’ACP.

Selon lui, cette écriture se veut être un symbole de l’unité culturelle d’Afrique subsaharienne en général et l’écriture nationale en particulier, au côté de quatre langues nationales congolaises, à savoir: le Kikongo, le Lingala, le Tshiluba et le Swahili.

Grâce à son caractère alphabétique simple et rapide à écrire, l’écriture Afrika peut transcrire plusieurs langues africaines et du monde entier. Elle compte 25 lettres dont 20 consonnes et 5 voyelles.

En 2010, année du cinquantenaire de l’indépendance de la RDC ainsi que de plusieurs autres pays africains, David Mboko Mavinga inventait alors l’écriture Afrika à l’âge de 21 ans, rappelle-t-on. Le livre portant le même nom sera publié l’année suivante en France aux Éditions « Edilivre-APARIS » et référencé auprès de plus de 3.000 libraires en ligne dont Amazon.

Une vingtaine de conférences déjà animée autour de l’écriture Afrika dont la première organisée à l’Université de Kinshasa (UNIKIN) en 2012 par le Pr Célestin Musao Kalombo, chef de département des Sciences Politiques et Administratives.

En 2012, cet ouvrage a été exposé au 14ème Sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), sur le stand des Éditions Médias Paul, à Kinshasa.

Étant une richesse à la fois scientifique et culturelle minoritaire à risque de disparition, son insertion comme patrimoine culturel de l’UNESCO est une nécessité pour sa meilleure sauvegarde et sa promotion afin de la faire profiter aux générations futures.ACP/ Zng/GGK/MNI