La ministre du Portefeuille préoccupée par la rénovation des entreprises hôtelières

0
402

Kinshasa, jeudi 21 mai 2021 (ACP).- La recherche de voies et moyens d’assurer  la rénovation des entreprises hôtelières du Congo,  pour qu’elles répondent aux normes internationales en la matière ministre d’État,  était jeudi au centre des échanges entre la  ministre d’Etat, ministre  du Portefeuille, Adèle Kayinda Mahina, et les Présidents des conseils d’administration (PCA) et les administrateurs délégués généraux (ADG) des grands hôtels et une délégation de la Chambre de commerce Congo-Europe.

A cet effet, la ministre d’État a rassuré ses interlocuteurs de son accompagnement dans cette initiative, avant d’annoncer la mise en place d’une Commission mixte Portefeuille-Chambre de commerce-Grands hôtels afin d’approfondir la question. « Comme vous venez de le dire, mon ministère va vous accompagner  dans la réalisation des principes que vous avez levé à travers une Commission mixte à savoir, Chambre de commerce-grands hôtels du Congo et ministère du Portefeuille.

Il s’agit d’approfondir les mesures levées pour que nous puissions nous convenir sur un projet commun. Je vous remercie parce qu’en vous, j’ai senti le sentiment patriotique, nous avons dit le TEMPS, c’est notre meilleur allié et non notre ennemi qui sera là pour la bonne gouvernance », a déclaré Adèle Kayinda Mahina.

Rencontre avec l’ambassadeur de Belgique en RDC

La ministre d’État a aussi  échangé le même jour  avec l’ambassadeur de Belgique en RDC, Jo Indekeu sur la situation  des entreprises  du Portefeuille de l’Etat qui intéressent le Royaume de Belgique.

« Je suis venu féliciter la nouvelle ministre du Portefeuille pour sa nomination au sein du gouvernement et connaître les priorités de son programme par rapport aux sociétés du Portefeuille, notamment les sociétés qui intéressent particulièrement la Belgique, financées par des belges et celles où elle a des participations. Nous aimerions savoir quels sont les projets de Madame la ministre par rapport à ces sociétés, connaitre leurs besoins en ce qui concerne l’investissement, leur  développement et avoir un climat des affaires équitable et une sécurité juridique et judiciaire. La Belgique aimerait aussi connaitre les intentions des coactionnaires et de l’État congolais », a dit l’ambassadeur.

En rapport avec la réaction aux préoccupations de la Belgique, le diplomate a dit que la ministre d’Etat et ministre du Portefeuille s’est déclarée positive et  a demandé aux investisseurs de se tranquilliser. ACP/Fng/nig