Le patrimoine historique et mémoriel de la traite négrière en Afrique centrale au menu d’une conférence à Kinshasa

0
314

Kinshasa, 21 mai 2021 (ACP).- Le patrimoine historique et mémoriel de la traite négrière en Afrique centrale a été au menu d’un atelier, vendredi, lors de l’ouverture de la première conférence du tourisme mémoriel en RDC, organisée par la Fondation « Eric Impion », dans la salle des conférences du ministère des Affaires étrangères dans la commune de la Gombe.

Dans son mot d’ouverture de cet atelier, le ministre du Tourisme, Modero Nsimba a fait savoir que le thème de cette conférence est un moyen d’accompagnement de son ministère dans le cadre de la route des esclaves et de la plage qui demeure une question importante pour l’Afrique.

Il a indiqué que cette question nécessite que l’on parle de l’homme, car il est le centre et pour qu’il soit au centre, « Nous devons parler du passé, du présent et projeter l’avenir en mettant les structures capables de couvrir ce secteur ».

Pour l’organisateur dudit événement, Eric Impion, cette conférence a pour but de vulgariser les circuits de la traite négrière afin de susciter l’intérêt politique, culturel et scientifique mais aussi de présenter les atouts et le potentiel historique de la RDC.

A ce sujet, a-t-il souligné, les études ont été faites pour prévaloir les Routes des esclaves au Congo, mais malheureusement, rien n’a été fait, d’où l’importance de ces assises dont le but est aussi de relancer ce débat et d’impliquer tous les Congolais dans cette question.

Il a souligné qu’au sortir de ce cadre, les participants doivent être sensibilisés, d’une part, au concept mémoriel et la nécessité de son lancement sur le Pool Malebo et, d’autre part, aux retombées économiques et scientifiques du tourisme mémoriel.

Les Routes des esclaves : quel bilan en Afrique Centrale et en RDC ?

Intervenant sur « Les sources historiques en Afrique centrale », le Pr. Azmat Boukari Yabara, a indiqué que l’Afrique se résume au Congo, en tant que centre de l’Afrique et du monde.

« Il reste aux Congolais à prendre des initiatives et dégager les moyens nécessaires pour déployer ce projet et optimiser les immenses ressources en latence de la RDC », a-t-il dit.

Le Pr. Azmat Boukari a, à cet effet, invité tous les Congolais à développer le tourisme économique.

Pour sa part, le sénateur Didier Mumengi qui a axé son exposé sur  « La RDC et sa valeur culturelle exceptionnelle », a affirmé que la RDC garde et regorge beaucoup de valeurs culturelles, notamment, l’écriture, la culture, etc.

Il a relevé que le retour des peuples nécessite une obligation d’accélération au rythme économique et la reconstruction humanitaire de l’homme noir, avant d’inviter les Congolais à la prise de conscience qui, selon lui, est la reconstruction de notre mémoire, comme l’intelligence, le patrimoine ou encore les potentiels dont on dispose.

Plusieurs personnalités ont participé à cette conférence, notamment le ministre provincial de Tourisme du Kongo Central, des historiens, des techniciens du tourisme, ainsi que d’autres intervenants venant de plusieurs pays, notamment les Etats Unis, le Canada, le Congo/Brazzaville, etc. ACP/NIG